COMPETENCE PHOTO - Le magazine photo 100% pratique
Compétence Phot

 
 
 



# S'abonner
# Anciens numéros
# Index numérique
# Version mobile
# Nous contacter  

@ Facebook  
@ Twitter  
@ Google+  
@ Flickr  
@ Flux RSS  

# Newsletter  
# Recherche sur le site  


Rêvalités • Le film

Julie de Waroquier : "le scénario m'a tout de suite plu" (interview)


par Gérald Vidamment, le Vendredi 11 Avril 2014


Comment s'est passée la première rencontre avec le réalisateur Damien Steck ?

Julie de Waroquier : "le scénario m'a tout de suite plu" (interview)
Julie de Waroquier : Nous nous sommes rencontrés avec Julien Petit, avec qui Damien travaille régulièrement, et qui a fait découvrir le livre Rêvalités à Damien. Damien m’a exposé son envie d’explorer un monde onirique en vidéo ; l’univers de mes photos pouvait alors constituer la base de ce qui ne devait être qu’un clip, sans réelle narration. Mais la rencontre, puis les suivantes, on fait naître une évidence : nos sensibilités artistiques, très proches, pouvaient collaborer de façon plus étroite. Damien a alors souhaité créer un véritable court-métrage scénarisé en puisant dans l’univers des Rêvalités. Il a imaginé un scénario qui m’a tout de suite plu, car il cernait parfaitement l’essentiel de mon univers.
Dès le début, Damien m’a avoué que le projet était ambitieux, aussi bien au niveau du tournage que celui des effets spéciaux. Mais le challenge nous a tous les deux enthousiasmés, et nous nous sommes lancés dans l’aventure.

Sur les tournages, tu as été très active. Quel était précisément ton rôle ?

Au début j’étais assez réservée. Il fallait que je trouve ma place, et sans appareil dans les mains, j’avais comme l’inspiration coupée. Je ne me sentais pas non plus qualifiée, le monde de la vidéo m’étant complètement étranger ; je n’osais donc pas m’exprimer entièrement dans les premiers temps.
Damien m’a cependant fait intervenir à chacune des étapes, me demandant mon avis, mes suggestions, si bien que peu à peu j’ai pu prendre mes marques. Je n’avais ainsi pas de rôle précis, j’étais davantage une petite voix qui donnait son avis sur tout, et qui aidait autant que possible. Si j’avais une idée d’image lors d’un tournage, je la glissais à Damien qui la filmait aussitôt. Nous guidions le jeu d’Ana tous les deux, étant de toute façon la plupart du temps d’accord sur ce qu’il fallait exprimer. Damien a été très à l’écoute, et loin de me mettre à l’écart du projet, j’ai pu être de plus en plus active et utile.

Sur tes images, tu es souvent ton propre modèle. Dans le film, tes personnages sont incarnés par une seule personne, Ana Falvius. Qu'as-tu ressenti ?

Dans mes autoportraits, je reste un personnage, au même titre que mes autres modèles. On voit rarement les visages car je veux représenter des personnages universels, auxquels chacun peut s’identifier. Finalement, peu m’importe qui apparaît sur ma photo, pourvu qu’elle se fonde dans l’image et l’idée.
Pour le film, il fallait néanmoins un personnage avec une psychologie plus affirmée, afin que l’on puisse s’y attacher. Ana a su incarner ces deux aspects : d’un côté, elle reprend le type « personnage féminin aux cheveux bruns » que l’on retrouve dans nombre de mes photos, elle a su afficher les expressions détachées qui convenaient à certaines compositions. Mais en même temps, lorsqu’elle a dû pleurer notamment, elle a dessiné une vraie personnalité au personnage du film. J’ai bien aimé cette ambiguïté du personnage, qui recoupe mon univers et celui de Damien.
Image extraite du film "Rêvalités" - Tous droits réservés
Image extraite du film "Rêvalités" - Tous droits réservés

Comment se sont déroulés les échanges avec Damien, avant, pendant et après chaque tournage ?

Damien avait la plupart du temps l’initiative, c’était son terrain. L’écriture du scénario a été assez longue, la difficulté étant d’intégrer mes images à la narration sans que cela semble artificiel. La gestion des transitions était essentielle. Avec Damien, nous tombions très souvent d’accord, pouvant presque finir les phrases de l’autre. Nos suggestions et nos doutes respectifs ont permis d’avancer de manière efficace en étant à l’écoute l’un de l’autre.
Pendant les tournages, Ana bien sûr donnait son avis, Julien Petit également, présent pour filmer : toute l’équipe était motivée, créative et dynamique. J’ai plus de mal à improviser que Damien, mais j’ai essayé d’apporter mes idées dès que je pouvais.
Après chaque tournage, les images étaient évidemment débriefées. Les premiers tournages ont fait office de tests. Damien a identifié ce qui allait être nécessaire selon lui : il fallait pour retrouver mon univers que l’on puisse à chaque scène repérer une photo que j’ai faite ou que j’aurais pu faire. Il fallait que régulièrement on puisse effectuer un arrêt sur image et visualiser une de mes photos. Nous avons donc travaillé sur ce point, Damien me demandant souvent pendant les tournages « Là, Julie, que ferais-tu comme photo ? »

Comment présenterais-tu Damien après cette expérience ?

C’est un réalisateur passionné qui fonctionne un peu comme moi : il veut tout maîtriser ! Les professionnels avec qui nous avons pu travailler m’ont tous dit que Damien était un ovni, que rarement les réalisateurs intervenaient aussi bien en écriture du scénario qu’en tournage et surtout en post-production. J’ai beaucoup aimé ce côté « fait par soi-même ».
Il sait subordonner sa sensibilité à ses compétences techniques, tout en sachant lâcher prise et laisser le hasard intervenir. Il sait à merveille diriger une équipe en donnant à chacun sa place. Travailler avec lui et l’équipe était un vrai bonheur, il n’y a jamais eu la moindre tension, en un an de réalisation.

Une voix off est présente tout au long du film. Dans quel esprit as-tu écrit le texte ? Et quel regard portais-tu alors aux textes de ton livre ?

Je l’ai écrite exactement comme j’ai écrit les textes du livre, avec la contrainte néanmoins de devoir épouser la narration et l’évolution du personnage. Les mots servent de grille de lecture des images, sans imposer pour autant une explication trop didactique. La première version était par conséquent aussi poétique que les mots du livre, ce qui ne se prêtait pas toujours au film : au lieu d’éclairer les scènes, la voix perdait le spectateur. A l’aide du regard de Damien, j’ai donc travaillé à épurer les phrases, à les rendre plus percutantes, tout en conservant la poésie d’origine. Certaines expressions du livre sont littéralement reprises dans le film, dans les moments les plus oniriques.
Image extraite du film "Rêvalités" - Tous droits réservés
Image extraite du film "Rêvalités" - Tous droits réservés

Ce projet t'a-t-il donné l'envie de participer à la réalisation d'un autre court-métrage ?

J’ai adoré l’expérience, alors bien sûr, si j’ai l’occasion de replonger dans la vidéo, ce serait avec plaisir. En même temps, je sais que la réussite de cette collaboration tient d’abord aux affinités que j’ai liées avec Damien. Sa façon de travailler, sa sensibilité, ses compétences techniques, ont fait que les conditions étaient idéales pour moi. Je ne sais pas si je pourrai retrouver un cadre aussi propice avec une autre équipe.

Penses-tu que ce film influera à l'avenir sur ta manière de photographier ?

Il y en a déjà… à force de tournages, où chaque image est pensée dans sa relation aux autres et filmée sous divers angles, j’ai le réflexe d’adapter cette façon de travailler en séance photo. Par exemple, je n’arrive plus à imaginer une image sans penser à celles qui lui seraient connexes, alors qu’avant, chaque photo était créée de manière indépendante.
Le reste se décante encore, mais il est certain qu’après un an de travail vidéo, il y aura assurément des séquelles dans les photos !


COMPETENCE PHOTO


• LE MAGAZINE •
Abonnez-vous
Commandez des anciens numéros
Téléchargez l'index numérique
Inscrivez-vous à la newsletter
Contactez-nous


• Sur le web •
Facebook • Compétence Photo
Facebook • Le Révélateur
Facebook • Les Irréelles
Google+
Twitter
Pinterest
Flickr
YouTube
Dailymotion


• Autres publications •
Compétence Mac
Compétence Micro
Rhinos Mac
• COMMUNAUTES AMIES •
VirusPhoto | PlanètePowershot | Pixelistes | Nikon Passion | MonOlympus | Forum Panasonic Lumix | Polaroid Passion | PentaxOne | Pentax KparK | Alpha DxD | Parlons-Photo | CritiquePhoto | ReflexPhoto |

Rejoignez-nous sur le groupe Flickr
CPhoto - Amateurs d'images
Rejoignez-nous sur Dailymotion

• Autres liens •
Focus-Numérique | Photo-Scope | Photovore |
• RUBRIQUES DU SITE •
Tout savoir sur le magazine
Les appels à projet de CPhoto
En images
La Galerie
Le Révélateur
La Correspondance Visuelle
Agenda
Annuaire
Espace vidéos


• Liens internes •
Syndication de contenu, flux RSS
Contactez-nous
• TOUS LES NUMEROS •
Numéro 1 : Les bases de la photo
Numéro 2 : La gestion des couleurs
Numéro 3 : Le noir et blanc
Numéro 4 : La macrophotographie
Numéro 5 : Mariage et de concert
Numéro 6 : Le portrait
Numéro 7 : La photo de nuit
Numéro 8 : La photo au flash
Numéro 9 : La photo de montagne
Numéro 10 : La photo urbaine
Numéro 11 : La mer
Numéro 12 : Femmes
Numéro 13 : Studio photo
Numéro 14 : Paysages d'hiver
Numéro 15 : Le nu féminin
Numéro 16 : Le sport
Numéro 17 : Photo de mariage
Numéro 18 : Noir et blanc (pdv)
Numéro 19 : Photos d'enfants
Numéro 20 : Photo de voyage
Numéro 21 : Noir et blanc (retouche)
Numéro 22 : Portrait au flash
Numéro 23 : Photos originales
Numéro 24 : Lumière naturelle
Numéro 25 : Optimiser la netteté
Numéro 26 : Studio & HDR
Numéro 27 : La gestion des couleurs
Numéro 28 : Bien calibrer son écran
Numéro 29 : Spécial Calques
Numéro 30 : La photo urbaine
Numéro 31 : Sublimez les paysages
Numéro 32 : L'art du portrait
Numéro 33 : Maîtriser le flash
Numéro 34 : Catalogage, strobist
Numéro 35 : Portrait, Flash
Numéro 36 : Spécial Studio
Numéro 37 : Photo de nuit • GIMP
Numéro 38 : Maîtrisez l'exposition
Numéro 39 : Maîtrisez la lumière
Numéro 40 : Le noir et blanc
Numéro 41 : Photo animalière
Numéro 42 : Le portrait
Numéro 43 : Le mouvement
Numéro 44 : La composition
Numéro 45 : Photographier l'eau
Numéro 46 : Jouez avec la lumière
Numéro 47 : Lightroom
Numéro 48 : Automne / Photoshop
Numéro 49 : HDR / Studio
Numéro 50 : Gestion de la couleur
Numéro 51 : Netteté et flou
Numéro 52 : Lightroom • Avenir
Numéro 53 : Le format Raw
Numéro 54 : Photo de paysage
Numéro 55 : Noir et blanc
Numéro 56 : Retouche portrait
Numéro 57 : Panorama • Couleurs
Numéro 58 : Exposition • N&B
Numéro 59 : Paysage • Portrait
• FLUX RSS •
Flux général
L'actu du magazine
Le Révélateur... d'images
Le Révélateur... de séries
Les rendez-vous
Beaux livres
Agenda
+ de flux RSS

• Agenda •
Inscrire une exposition
Inscrire un festival
Soumettre un concours


• Contactez-nous •
Commande de numéros
Abonnement
La rédaction
Droit / Retouche photo




Compétence Photo est un magazine photo bimestriel 100% pratique destiné à tous les photographes amateurs, quel que soit leur niveau, du débutant à l'utilisateur avancé. Chaque numéro aborde une thématique en profondeur avec de nombreux exemples illustrés, propose des tutoriels, des fiches pratiques et même une rubrique Bricolage. Pour mieux appréhender la retouche logicielle et répondre aux besoins de tous les utilisateurs, Compétence Photo tire profit de la plupart des logiciels du marché : Photoshop, Paint Shop Pro, Gimp, Picasa, Photoshop Elements, Lightroom... De même, la rédaction s'efforce de prendre en compte les spécificités de chaque marque (Canon, Nikon, Sony, Pentax, Panasonic, Olympus, Leica, Polaroid, Kodak, Samsung).
Le magazine est distribué en France, Belgique, Suisse, Canada, Réunion et Maroc. Disponible en kiosque, en librairie ou sur abonnement. Une version mobile compatible iPhone est également disponible, accessible directement à cette adresse : http://m.competencephoto.com

Tous droits réservés .© 2008-2016 KnowWare SARL