Abonnement | Anciens numéros | Index | Mobile | Contact  
English version  Facebook  Twitter  Google+  Flickr  Flux RSS

Série

Les derniers artisans des trains communistes • Jonas Mercier (série)


par La rédaction, le Dimanche 4 Mars 2012


LE RÉVÉLATEUR #16. Vivant actuellement à Bucarest, Jonas Mercier est journaliste-photographe indépendant en Roumanie. Quand il nous a contactés pour nous présenter cette série, le sujet nous a immédiatement interpelé. Les événements survenus à la fin du siècle dernier ont plongé ces hommes et leur métier dans l'oubli. Pourtant, chaque jour, ils continuent à travailler dans cet atelier de réparation situé au nord de Bucarest. Le matériel utilisé pour couvrir ce sujet, deux boîtiers argentiques issus du passé, un Fujica STX-1N et un Yashica LM, apportent par ailleurs une dimension supplémentaire au reportage de Jonas.


© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
"Le 25 décembre 1989, Nicolae Ceausescu était exécuté. La mort du dictateur entraîna la fin du régime communiste en Roumanie. Du jour au lendemain, tout devait changer. Mais le communisme laissait derrière lui un pays marqué au fer rouge. Pendant près de cinquante ans, il avait structuré industriellement mais aussi socialement la Roumanie. Car si le régime construisit des dizaines d’usines, il créa également une nouvelle catégorie sociale : l’ouvrier communiste.Ce n’est donc pas seulement un système économique qui s’effondra, mais aussi toute une partie de la population roumaine formée et habituée à la vie sous le communisme. Certains réussirent à s’adapter au capitalisme. D’autres n’y sont pas arrivés ou plutôt, n’en ont pas eu l’occasion. C’est le cas des cheminots mécaniciens du dépôt ferroviaire de Chitila de la CFR Marfa. Comme leurs machines, ils n’ont pas changé depuis la mort du Conducator. Pourtant, ces hommes restent fi ers de pouvoir réparer ces monstres d’acier que sont les locomotives. Un savoir-faire qui n’existe plus depuis dans les pays où le modernisme laisse ce soin à des machines automatisées. Alors ils continuent à supporter la rudesse de leur métier, les salaires ridicules, le désintérêt des autorités à leur égard et le sentiment d’être restés en arrière. Eux auraient bien voulu suivre le reste de la société dans l’ère des nouvelles technologies. Ils auraient bien voulu ressembler à leurs confrères français ou allemands et ne plus avoir à réparer encore et encore de vieux trains à bout de souffle et dans des conditions d’un autre temps. Mais comment ? Ils ont fait confiance à leur gouvernement, qui s’est moqué d’eux. Aujourd’hui, plus personne n’a idée de leur existence, ni des conditions dans lesquelles ils travaillaient. Ils sont devenus partie intégrante d’un patrimoine industriel que l’on veut voir disparaître pour tourner la page du communisme. Et ils s’effondreront avec lui."

Texte et commentaires des photographies : Jonas Mercier

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
Dans ce dépôt, ce sont les locomotives des trains de marchandises que l'on répare. Ces engins peuvent tirer jusqu'à 3 000 tonnes. Leurs cargaisons sont aussi diverses que des céréales, du carburant ou des voitures neuves. Leur vitesse moyenne sur le réseau ferré est d'une vingtaine de kilomètres à l'heure.

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
Diesel ou électrique, les locomotives qui entrent dans l'immense halle du dépôt ont, pour certaines, près de cinquante ans. Presque toutes ont été construites en Roumanie sous le régime communiste. Dumitru a trente ans de métier. Il les connait par cœur. Ils en a remis des centaines sur les rails.

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
Injecteurs, pistons, bielles : le moteur est entièrement démonté et nettoyé avec du gasoil. L'odeur est forte, mais les gars sont habitués. Après avoir été dégraissée, la partie mécanique est rincée à grande eau. Puis remontée.

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
Une fois tous les trois mois, chaque travailleur du dépôt reçoit une paire de gants. S'ils se déchirent avant cette échéance, ils ne sont pas échangés. Ce n'est pas le problème de la direction. Pour certaines opérations, de toute façon, il n'est pas possible de les utiliser. Alors on travaille mains nues.

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
La graisse est partout et laisse dans l'atmosphère une odeur typique des garages automobiles. En 1998, la SNCFR (Société nationale des chemins de fer roumains) a été divisée en sept sociétés indépendantes. La CFR Marfa, spécialisée dans le transport de marchandises et propriétaire du dépôt de Chitila, était la plus rentable d'entre elles. Mais l'absence d'entretien du réseau ferré associé à une mauvaise gestion et une forte corruption en ont fait aujourd'hui la plus déficitaire.

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
A côté de la grande halle, il y a les ateliers. Chacun possède sa spécialité. Ici, on s'occupe de nettoyer les injecteurs. Ion vient tout juste d'être élu à la tête du syndicat. Son mandat ne va pas être facile car le ministère des Transports ne cesse d'annoncer de nouveaux licenciements.

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
Dans la halle, le travail continue. Mitica fixe à la grue le châssis d'une locomotive, dont la cabine vient d'être désolidarisée. Je lui demande si les câbles d'acier qu'ils utilisent ne risquent pas de se rompre. En guise de réponse, il rit de bon cœur.

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
« On est 268 à travailler dans le dépôt et j'ai une liste de 34 noms qui vont être virés. On est en train de négocier pour éviter de trop gros dégâts. Ceux qui ont deux ou trois enfants mineurs ou une femme qui ne travaille pas ont encore une chance de s'en tirer », détaille Ion, ici accompagné par l'un de ses collègues d'atelier, un autre Ion.

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
La tête rentrée dans les épaules, les appuis bien en place et les mains serrées sur son énorme clé : Nicu resserre l'essieu. C'est la dernière étape avant le remontage de la locomotive. Une de plus.

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
Une fois que le châssis est enlevé, il faut inverser les roues car elles s'usent toujours plus vite d'un côté que de l'autre.

© Jonas Mercier - Tous droits réservés
© Jonas Mercier - Tous droits réservés
Photo de famille qui appartient déjà au passé. De gauche à droite : Vasile, Alecu, Mitica, Sandel, Nicu, Aron. Tous travaillent au dépôt depuis le début de leur carrière. Ils sont collègues de travail et amis. Cette photo a été prise en mars 2011. Trois mois plus tard, Vasile, Sandel et Aron ont été licenciés et Mitica a été envoyé en retraite anticipée.


VOS COMMENTAIRES

1.Posté par venant parent le 04/03/2012 16:32

Reportage et photos d`une qualites vraiment superbe Bravo.

2.Posté par Sebas le 09/03/2012 10:41

Que ça fait plaisir de voir ce type d'image revenir petit à petit sur votre site !!

Ces images sont belles.
Elles seront précieuses d'ici quelques temps.

La première est superbe : cadrage simple, champ très bien rempli et composé, et terriblement efficace !! Une image sans chichi, qui cherche à mettre avant tout, en valeur le sujet. Une image que j'aurais aimé faire.

3.Posté par Gérald (la rédac) le 09/03/2012 23:15

Merci Sebas ;)

4.Posté par Fabrice le 03/04/2012 10:52


Merci, pour les photos, mais pour les commentaires un complément s'impose...
Trop loin des reportages sur le TGV, et des salaires mirobolant de la SNCF annoncés par TF1,à la recherche du scandale pour vendre, ( à chaque société ses tares... ) il existe encore en France ce type d'atelier où des ouvriers de la SNCF, s'échinent, pour 1000 Euros par mois à faire rouler de vieilles locomotives des années 60 (séries: BB 67400, CC 72000... ) pour des trains de voyageurs.
Cela va disparaitre aussi dans quelques années... donc monsieur les photographes à vous de jouer... pour l'histoire de France.

Amicalement...

5.Posté par did24 le 11/04/2012 10:22

Une excellente série NB, un hommage aux cheminots de l'ombre , des photos qui parlent d'elles même sur ces travaux d'ateliers bien misent en valeur.

J'aime beaucoup

Didier

6.Posté par pascale le 24/04/2012 17:42

Bravo Jonas! Ces photos sont très belles, très émouvantes; elles ont la force d'un très beau récit de vie et sont une mémoire précieuse de ce qui fait "l'homme debout"! sa dignité; la machine est aussi présente que les acteurs; elle est sujet. Ton commentaire laisse transparaître parfois ta révolte!?


Continue dans cette voie!

7.Posté par Baptiste LOPEZ le 20/09/2012 10:11

Je prends le temps enfin de laisser un ptit com...superbe decouverte ce reportage.
merci.
Bapt'

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


COMPETENCE PHOTO


• LE MAGAZINE •
Abonnez-vous
Commandez des anciens numéros
Téléchargez l'index numérique
Inscrivez-vous à la newsletter
Contactez-nous


• Sur le web •
Facebook • Compétence Photo
Facebook • Le Révélateur
Facebook • Les Irréelles
Google+
Twitter
Pinterest
Flickr
YouTube
Dailymotion


• Autres publications •
Compétence Mac
Compétence Micro
Rhinos Mac
• COMMUNAUTES AMIES •
VirusPhoto | PlanètePowershot | Pixelistes | Nikon Passion | MonOlympus | Forum Panasonic Lumix | Polaroid Passion | PentaxOne | Pentax KparK | Alpha DxD | Parlons-Photo | CritiquePhoto | ReflexPhoto |

Rejoignez-nous sur le groupe Flickr
CPhoto - Amateurs d'images
Rejoignez-nous sur Dailymotion

• Autres liens •
Focus-Numérique | Photo-Scope | Photovore |
• RUBRIQUES DU SITE •
Tout savoir sur le magazine
Les appels à projet de CPhoto
En images
La Galerie
Le Révélateur
La Correspondance Visuelle
Agenda
Annuaire
Espace vidéos


• Liens internes •
Syndication de contenu, flux RSS
Contactez-nous
• TOUS LES NUMEROS •
Numéro 1 : Les bases de la photo
Numéro 2 : La gestion des couleurs
Numéro 3 : Le noir et blanc
Numéro 4 : La macrophotographie
Numéro 5 : Mariage et de concert
Numéro 6 : Le portrait
Numéro 7 : La photo de nuit
Numéro 8 : La photo au flash
Numéro 9 : La photo de montagne
Numéro 10 : La photo urbaine
Numéro 11 : La mer
Numéro 12 : Femmes
Numéro 13 : Studio photo
Numéro 14 : Paysages d'hiver
Numéro 15 : Le nu féminin
Numéro 16 : Le sport
Numéro 17 : Photo de mariage
Numéro 18 : Noir et blanc (pdv)
Numéro 19 : Photos d'enfants
Numéro 20 : Photo de voyage
Numéro 21 : Noir et blanc (retouche)
Numéro 22 : Portrait au flash
Numéro 23 : Photos originales
Numéro 24 : Lumière naturelle
Numéro 25 : Optimiser la netteté
Numéro 26 : Studio & HDR
Numéro 27 : La gestion des couleurs
Numéro 28 : Bien calibrer son écran
Numéro 29 : Spécial Calques
Numéro 30 : La photo urbaine
Numéro 31 : Sublimez les paysages
Numéro 32 : L'art du portrait
Numéro 33 : Maîtriser le flash
Numéro 34 : Catalogage, strobist
Numéro 35 : Portrait, Flash, Archivage
Numéro 36 : Spécial Studio
Numéro 37 : Photo de nuit • GIMP
Numéro 38 : Maîtrisez l'exposition
Numéro 39 : Maîtrisez la lumière
Numéro 40 : Le noir et blanc
Numéro 41 : Photo animalière
Numéro 42 : Le portrait
Numéro 43 : Le mouvement
• FLUX RSS •
Flux général
L'actu du magazine
Le Révélateur... d'images
Le Révélateur... de séries
Les rendez-vous
Beaux livres
Agenda
+ de flux RSS

• Agenda •
Inscrire une exposition
Inscrire un festival
Soumettre un concours


• Contactez-nous •
Commande de numéros
Abonnement
La rédaction
Droit / Retouche photo




Compétence Photo est un magazine photo bimestriel 100% pratique destiné à tous les photographes amateurs, quel que soit leur niveau, du débutant à l'utilisateur avancé. Chaque numéro aborde une thématique en profondeur avec de nombreux exemples illustrés, propose des tutoriels, des fiches pratiques et même une rubrique Bricolage. Pour mieux appréhender la retouche logicielle et répondre aux besoins de tous les utilisateurs, Compétence Photo tire profit de la plupart des logiciels du marché : Photoshop, Paint Shop Pro, Gimp, Picasa, Photoshop Elements, Lightroom... De même, la rédaction s'efforce de prendre en compte les spécificités de chaque marque (Canon, Nikon, Sony, Pentax, Panasonic, Olympus, Leica, Polaroid, Kodak, Samsung).
Le magazine est distribué en France, Belgique, Suisse, Canada, Réunion et Maroc. Disponible en kiosque, en librairie ou sur abonnement. Une version mobile compatible iPhone est également disponible, accessible directement à cette adresse : http://m.competencephoto.com

Tous droits réservés .© 2008-2014 KnowWare SARL