COMPETENCE PHOTO - Le magazine photo 100% pratique
Compétence Phot

 
 
 



# S'abonner
# Anciens numéros
# Index numérique
# Version mobile
# Nous contacter  

@ Facebook  
@ Twitter  
@ Google+  
@ Flickr  
@ Flux RSS  

# Newsletter  
# Recherche sur le site  


Matériel

Pourquoi les flashs TTL pour boîtier argentique sont-ils incompatibles avec les reflex numériques ?


par Xavier de la Tullaye, le Mercredi 27 Mars 2013



© Xavier de la Tullaye - Tous droits réservés
© Xavier de la Tullaye - Tous droits réservés
Suite au dossier "Comprendre et maîtriser le flash", publié dans Compétence Photo n°33, actuellement en kiosque, un lecteur, Pierre D., nous a fait part de ses remarques : "Dans votre article, vous mentionnez que "On peut produire un éclairage similaire avec une simple feuille de bristol située sur la tête du flash". Le flash 283 de Vivitar permettait d'y fixer un support en tôle (livré en option) qui venait chevaucher les extrémités latérales de l'axe de pivotement. Sur ce support on encastrait une charte de gris Kodak (plusieurs cartes livrées avec le support) dont la face blanche était utilisée en tant que réflecteur. Nous avions là une source réflectrice, à 45°, de grande dimension et qui donnait des résultats probants sur des sujets proches. Il suffirait à un accessoiriste, et pourquoi pas Vivitar, de reprendre cette idée pour un modèle standard qui, par pincement ou emboîtement, s'adapterait à la plupart des cobras. La charte Kodak pourait être avantageusement remplacée par du carton plume. Pour ceux qui possèdent un réflecteur "casquette", le carton plume (coupé à la taille de la charte Kodak) pourrait être collé sur la casquette en y ménageant des encoches pour laisser passer les "oreilles" (ces oreilles étant rigidifiées par introduction de carton)". Pierre D. nous pose également une question intéressante : "Pourriez-vous m'expliquer pourquoi un flash prévu pour l'argentique (exemple le SB-25 Nikon), ne peut fonctionner en TTL sur un boîtier numérique ?"

L'évolution des normes TTL

Les indications de ce lecteur sur les réflecteurs possibles pour les flashes sont judicieuses. Il existe en effet de nombreuses méthodes pour élargir la source flash et produire une lumière plus douce, et les fabricants cherchent les bonnes solutions. Avec les modèles cobras, il est important que le réflecteur reste transportable. C’est pour cela que l’ingénieuse méthode de Vivitar n’a pas été copiée, à ma connaissance. Pour ma part, j’utilise souvent des plaques de plastique découpées dans des classeurs souples, ou encore du carton plume mince ou du PVC blanc. Je fais tenir la plaque sur le flash avec du Velcro adhésif.

J’ai évoqué dans le dossier sur le flash la question que le lecteur pose à propos des flashs TTL argentiques qui ne fonctionnent pas en numérique, mais sans donner de référence de modèles de flashs. Il y a deux solutions principales pour le TTL au flash :

• La première est directement héritée des flashes à computer. La seule différence est que la cellule photoélectrique, au lieu de regarder directement vers le sujet depuis le flash, est installée dans l’appareil photo, au fond du boîtier et elle regarde vers le film. Pendant l’exposition de la photo elle mesure la lumière renvoyée par le film et coupe l’éclair lorsque la lumination est suffisante. Le problème de ce dispositif est qu’il se limite à une mesure de type pondéré central et qu’il n’est pas adapté pour les capteurs d’appareils numériques qui ne présentent pas la même réflexion diffuse qu’un film.

• La seconde méthode, universellement utilisée aujourd’hui, a vu le jour en 1995, si ma mémoire est bonne, avec le Canon EOS 50E. Avec cet appareil est sorti le flash 380 EX qui inaugurait le mode E-TTL. Au lieu de doser la durée de l’éclair pendant l’exposition, ce système émet un pré-éclair calibré, envoyé par le flash juste avant que le miroir ne remonte. Celui-ci est analysé par la cellule principale de l’appareil (celle qui mesure la pose en lumière continue) située à la sortie du prisme. L’ordinateur associé à la cellule calcule les réglages qui seront nécessaires (durée de l’éclair, valeur du diaphragme, éventuellement sensibilité ISO) en fonction de ce qu’a reçu la cellule. Ce système présente de nombreux avantages, dont le plus important est de permettre un dosage efficace entre flash et lumière ambiante.

• Une évolution plus récente de ce dernier dispositif associe la distance de mise au point au calcul de l’exposition pour éviter les aberrations liées à la réflectance du sujet. En effet un sujet clair risque d’être sous-exposé, et un foncé surex.. En pondérant la mesure faite par la cellule avec un calcul basé sur la distance du sujet, le système améliore les résultats. Chez Canon cette évolution s’appelle E-TTL II. Chez Nikon un dispositif similaire existe depuis l’arrivée de la dernière génération de flashs i-TTL apparue avec le D2 H et le D70 (2003-2004) : les SB600, SB800 etc. Pour que cette solution fonctionne, il faut bien sûr que l’appareil photo soit muni d’un objectif qui transmet l’information « distance de prise de vue » au boîtier.

Chez Nikon il y a eu une évolution un peu plus complexe entre le TTL simple des reflex argentiques (sauf le F6) et le i-TTL : le D-TTL. Le système fonctionne à partir d’un pré-éclair qui est mesuré par une cellule placée au fond du boîtier, comme pour le TTL simple. La lecture de l’information « lumière réfléchie par le sujet » se fait, après relevage du miroir, sur l’obturateur peint en gris. Les appareils concernés par le D-TTL sont les D1 (D1, D1H, D1X) et le D100. Mais aussi les D2 qui sont à la fois D-TTL et i-TTL. Les flashes D-TTL sont les versions à suffixe DX (SB-28 DX, SB-50 DX, SB-80 DX).

La non compatibilité des flashs TTL entre argentique et numérique vient des problèmes de réflexion du capteur. On avait pu s’en rendre compte sur les premier reflex numériques de Kodak qui s’installaient dans des évolutions de Nikon F3, F4 ou de Canon EOS 1N (DCS 100, 460 etc.).
Ces appareils n’étaient pas fiables en flash TTL et on avait même des problèmes de reflets des lentilles arrières de certains objectifs sur le capteur.
Autre souci, la cellule du fond de boîtier qui regardait vers le film sur les reflex argentiques ne pouvait pas faire mieux que de la mesure pondérée central. C’est pour cela que Canon (il faudra tout de même que je vérifie si ce n’est pas Minolta qui a commencé ; il avait aussi des flashes TTL très évolués) a eu l’idée d’utiliser un pré-éclair sur l’EOS-50E et les suivants, pour pouvoir mettre en œuvre la cellule de mesure de la lumière continue située à l’arrière du prisme.
Je connais le flash Vivitar auquel vous faites référence, et effectivement son système de fixation par les « oreilles » est astucieux. Cela dit, le problème de tous ces systèmes reste le transport dans le fourre-tout. C’est pour cela que j’utilise le plus souvent une casquette qui est une peu moins efficace mais s’installe avec du Velcro et se range facilement dans une poche. Ces systèmes de réflecteur ou diffuseur ne sont en effet efficaces qu’à courte distance. Au delà de 3-4 m, il vaut mieux utiliser le flash en direct (économie de batterie, recyclage plus rapide).

En espérant que cela éclaire un peu mieux ce domaine complexe que les fabricants n’ont pas toujours bien expliqué. Dans le prochain article sur le flash, je parlerai entre autres des modes multi-flashes et des solutions BL et FP. Il y a de quoi raconter !

Compétence Photo n°33 : Maîtriser le flash

Pourquoi les flashs TTL pour boîtier argentique sont-ils incompatibles avec les reflex numériques ?
Un flash cobra n’est providentiel qu’à l’unique condition de bien savoir s’en servir. Raison pour laquelle nous vous proposons une série de dossiers consacrée à la compréhension et à la maîtrise de ce précieux accessoire. Au programme de ce premier volet : le principe de fonctionnement d'un flash et la maîtrise de la directivité de la lumière, au moyen notamment de différents modèles de diffuseurs et réflecteurs.

Un dossier de 20 pages réalisé par Xavier de la Tullaye, publié dans Compétence Photo n°33 (mars/avril 2013), actuellement en kiosque.
En savoir plus sur ce numéroCommander en ligne ce numéro



VOS COMMENTAIRES

1.Posté par Nicolas Terraes - photographe grenoble le 27/03/2013 11:59

Merci pour cet article très intéressant! Je savais qu'il ne fallait pas, mais je ne savais pas pourquoi. Merci de partager vos connaissances!

2.Posté par Gérald (la redac) le 27/03/2013 12:01

@ Nicolas Terraes : Ravi si cela vous apporte un complément d'information. :)

3.Posté par Jean-François le 27/03/2013 20:19

Bonjour,
Pas bien compris... Un flash 380EX, donc E-TTL, est-il bien (et totalement) compatible avec les reflex numériques?
(on m'a dit que oui, à l'inverse de la gamme EZ).
Merci de vos précisions.

4.Posté par Xavier de La Tullaye le 01/04/2013 10:20

Le flash 380EX est le premier flash de la série EX : celle qui fonctionne avec un pré-éclair au lieu de mesurer dans le boîtier la lumière de l'éclair principal. Comme tous les flashes de cette série il est donc compatible avec les reflex numériques. La mesure d'exposition fonctionne correctement ce qui n'est pas le cas avec les modèles antérieurs (EZ) qui en peuvent opérer qu'en manuel pleine puissance avec les reflex numériques.
Simplement, les flashes EX primitifs 380 EX, 420 EX, 550 EX, ne savent pas dialoguer avec le boîtier aussi bien que les modèles de la dernière génération (430 EX II, 580 EX II, 600 EX-RT). Sur les derniers boîtiers Canon, on peut régler les paramètres du flash directement dans le menu.

5.Posté par Jean-François le 01/04/2013 12:21

Xavier, merci infiniment pour ces précisions.
Encore une petite question: si on fait abstraction du nombre guide, y'a-t-il un intérêt à remplacer mon 380EX par un 430EXII?

6.Posté par Manfred le 02/04/2013 18:38

Bonjour,

merci pour ces compléments d'information. Je rencontre le problème inverse. Je commence à pratiquer la photographie argentique via un canon EOS 1V. Quelles limites vais-je rencontrer dans l'utilisations des flash 430 EX II ou 600 EX-RT ?

Merci pour votre travail

Cordialement

Manfred

7.Posté par Xavier de La Tullaye (la rédac) le 13/04/2013 12:23

Allez, un petit retour sur les compatibilités des flashes Canon et des appareils photos. C'est vrai que la communication du fabricant sur le sujet n'est pas très claire pour qui n'a pas suivi le feuilleton depuis le début. Donc chez Canon, il y a les appareils photo de type A et ceux de type B. Pour que les choses soient simples les B sont apparus avant les A ! Ces B possèdent une cellule spéciale dédiée au flash et située dans le fond du boîtier, contrairement aux A qui exploitent la cellule principale servant aussi à la lumière continue et située à l'arrière du prisme. Il existe des reflex argentiques B et des A. Mais tous les reflex numériques sont de type A.
En gros, les B sont les reflex argentiques Canon antérieurs à l'EOS 50E de 1995. Ces boîtiers utilisent les flashes de la série EZ. Mais ils peuvent aussi fonctionner avec ceux de la série EX qui gèrent normalement le E-TTL dédié au groupe A, mais sont compatibles aussi avec le A-TTL (ou TTL simple) du groupe B. Facile, non ?
Donc, pour répondre clairement à la question posée par Manfred, sur l'EOS 1V, qui fait partie du groupe A (comme les EOS 3, 30, 33, 300, 3000, 50E, 500N…), il n'y a aucun problème à utiliser un 430 EX II ou 600 EX-RT. Mais, encore plus subtil, il pourrait également prendre un flash de série EZ, comme le 540 EZ, parce que les reflex argentiques du groupe A possèdent aussi une cellule en fond de boîtier, comme les appareils du groupe B. Cependant le système E-TTL (groupe A) est plus efficace que le A-TTL (groupe B).
Pour corser un peu le débat, Canon a produit un sous-groupe de reflex argentiques (EOS 30V, 33V, 300X) et numériques (après l'EOS 20D) qualifié de A-II. Ces appareils gèrent le mode E-TTL II qui tient compte de la distance pour pondérer la mesure de cellule, afin d'éliminer (ou plutôt de réduire) les aberrations liées à la réflectance du sujet (un sujet clair a tendance à être sous-exposé, la cellule étant réglée pour un sujet gris moyen à 18% de coefficient de réflexion diffuse). Ce mode E-TTL II dépend de l'appareil, pas du flash. Donc tous ceux de la série EX peuvent opérer dans ce mode (y compris le "vieux" 380 EX de Jean-François).
Voilà, il y aura sûrement encore beaucoup à dire sur les flashes, sujet oh combien passionnant ! C'est pour cela que Compétence Photo s'y intéresse encore dans ses numéros à venir.
Xavier de La Tullaye

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


COMPETENCE PHOTO


• LE MAGAZINE •
Abonnez-vous
Commandez des anciens numéros
Téléchargez l'index numérique
Inscrivez-vous à la newsletter
Contactez-nous


• Sur le web •
Facebook • Compétence Photo
Facebook • Le Révélateur
Facebook • Les Irréelles
Google+
Twitter
Pinterest
Flickr
YouTube
Dailymotion


• Autres publications •
Compétence Mac
Compétence Micro
Rhinos Mac
• COMMUNAUTES AMIES •
VirusPhoto | PlanètePowershot | Pixelistes | Nikon Passion | MonOlympus | Forum Panasonic Lumix | Polaroid Passion | PentaxOne | Pentax KparK | Alpha DxD | Parlons-Photo | CritiquePhoto | ReflexPhoto |

Rejoignez-nous sur le groupe Flickr
CPhoto - Amateurs d'images
Rejoignez-nous sur Dailymotion

• Autres liens •
Focus-Numérique | Photo-Scope | Photovore |
• RUBRIQUES DU SITE •
Tout savoir sur le magazine
Les appels à projet de CPhoto
En images
La Galerie
Le Révélateur
La Correspondance Visuelle
Agenda
Annuaire
Espace vidéos


• Liens internes •
Syndication de contenu, flux RSS
Contactez-nous
• TOUS LES NUMEROS •
Numéro 1 : Les bases de la photo
Numéro 2 : La gestion des couleurs
Numéro 3 : Le noir et blanc
Numéro 4 : La macrophotographie
Numéro 5 : Mariage et de concert
Numéro 6 : Le portrait
Numéro 7 : La photo de nuit
Numéro 8 : La photo au flash
Numéro 9 : La photo de montagne
Numéro 10 : La photo urbaine
Numéro 11 : La mer
Numéro 12 : Femmes
Numéro 13 : Studio photo
Numéro 14 : Paysages d'hiver
Numéro 15 : Le nu féminin
Numéro 16 : Le sport
Numéro 17 : Photo de mariage
Numéro 18 : Noir et blanc (pdv)
Numéro 19 : Photos d'enfants
Numéro 20 : Photo de voyage
Numéro 21 : Noir et blanc (retouche)
Numéro 22 : Portrait au flash
Numéro 23 : Photos originales
Numéro 24 : Lumière naturelle
Numéro 25 : Optimiser la netteté
Numéro 26 : Studio & HDR
Numéro 27 : La gestion des couleurs
Numéro 28 : Bien calibrer son écran
Numéro 29 : Spécial Calques
Numéro 30 : La photo urbaine
Numéro 31 : Sublimez les paysages
Numéro 32 : L'art du portrait
Numéro 33 : Maîtriser le flash
Numéro 34 : Catalogage, strobist
Numéro 35 : Portrait, Flash
Numéro 36 : Spécial Studio
Numéro 37 : Photo de nuit • GIMP
Numéro 38 : Maîtrisez l'exposition
Numéro 39 : Maîtrisez la lumière
Numéro 40 : Le noir et blanc
Numéro 41 : Photo animalière
Numéro 42 : Le portrait
Numéro 43 : Le mouvement
Numéro 44 : La composition
Numéro 45 : Photographier l'eau
Numéro 46 : Jouez avec la lumière
Numéro 47 : Lightroom
Numéro 48 : Automne / Photoshop
Numéro 49 : HDR / Studio
Numéro 50 : Gestion de la couleur
Numéro 51 : Netteté et flou
Numéro 52 : Lightroom • Avenir
Numéro 53 : Le format Raw
Numéro 54 : Photo de paysage
Numéro 55 : Noir et blanc
Numéro 56 : Retouche portrait
Numéro 57 : Panorama • Couleurs
Numéro 58 : Exposition • N&B
Numéro 59 : Paysage • Portrait
• FLUX RSS •
Flux général
L'actu du magazine
Le Révélateur... d'images
Le Révélateur... de séries
Les rendez-vous
Beaux livres
Agenda
+ de flux RSS

• Agenda •
Inscrire une exposition
Inscrire un festival
Soumettre un concours


• Contactez-nous •
Commande de numéros
Abonnement
La rédaction
Droit / Retouche photo




Compétence Photo est un magazine photo bimestriel 100% pratique destiné à tous les photographes amateurs, quel que soit leur niveau, du débutant à l'utilisateur avancé. Chaque numéro aborde une thématique en profondeur avec de nombreux exemples illustrés, propose des tutoriels, des fiches pratiques et même une rubrique Bricolage. Pour mieux appréhender la retouche logicielle et répondre aux besoins de tous les utilisateurs, Compétence Photo tire profit de la plupart des logiciels du marché : Photoshop, Paint Shop Pro, Gimp, Picasa, Photoshop Elements, Lightroom... De même, la rédaction s'efforce de prendre en compte les spécificités de chaque marque (Canon, Nikon, Sony, Pentax, Panasonic, Olympus, Leica, Polaroid, Kodak, Samsung).
Le magazine est distribué en France, Belgique, Suisse, Canada, Réunion et Maroc. Disponible en kiosque, en librairie ou sur abonnement. Une version mobile compatible iPhone est également disponible, accessible directement à cette adresse : http://m.competencephoto.com

Tous droits réservés .© 2008-2016 KnowWare SARL