COMPETENCE PHOTO - Le magazine photo 100% pratique
Compétence Phot

 
 
 



# S'abonner
# Anciens numéros
# Index numérique
# Version mobile
# Nous contacter  

@ Facebook  
@ Twitter  
@ Google+  
@ Flickr  
@ Flux RSS  

# Newsletter  
# Recherche sur le site  


Matériel

Testez vos objectifs (tableau de résultats et mires)


PAR Xavier de La Tullaye, Samedi 27 Octobre 2012


Pour faire suite au dossier publié dans Compétence Photo n°30, Xavier de la La Tullaye apporte quelques précisions à la procédure de réalisation d'un test d'un couple boîtier et objectif au moyen d'une mire, fournie gracieusement par le magazine. Par ailleurs, de nouveaux résultats ont été ajoutés au tableau des résolutions mesurées au cours de ces tests.



© Tomos3
© Tomos3
L'article du Compétence Photo n°30 (p 88 à 103) sur les tests d'objectifs donne une méthode qui se veut simple pour tester appareils numériques et objectifs. Elle est intéressante si elle permet de comparer des résultats. C'est pour cela que nous avons publié un tableau donnant des exemples de performances de différents modèles d'appareils numériques. Ces comparaisons ne portent que sur le pouvoir séparateur de l'ensemble boîtier-optique. D'autres éléments entrent en ligne de compte dans la qualité de l'image, notamment le rapport signal sur bruit. Nous aurons certainement un jour l'occasion d'en reparler.
En attendant le pouvoir séparateur est un bon moyen de prévoir la capacité d'agrandissement des fichiers produits par un système. Pour qu'une image en ton continu (constitué de niveau de gris et de couleurs progressant régulièrement, sans à-coups) soit satisfaisante, il faut qu'elle fasse 200 dpi (soit environ 8 points par mm, ou encore 4 cycles par mm sur un tirage observé au punctum proximum (distance minimum d'observation distincte ; on prend en général une moyenne de 25 cm). Pour une observation orthoscopique (restituant correctement la perspective), il faut se placer à une distance équivalente à la diagonale du format si la prise de vue est faite avec une focale normale. Tout cela nous conduit à choisir un format de 14 x 21 cm (homothétie 3:2), pour respecter ces conditions. Un tel agrandissement doit donc faire 1120 x 1680 pixels (1,9 mégapixels) pour être visuellement satisfaisant d'un point de vue définition. Pour des agrandissements de taille supérieure, on est censé se reculer proportionnellement pour conserver une observation orthoscopique. Donc la même définition de fichier pourrait suffire. Cependant il faut tenir compte du fait que l'on s'approche d'une image pour vérifier sa netteté. C'est pour cela que les fabricants ont augmenté beaucoup la définition de leurs appareils (et aussi pour permettre le recadrage). En oubliant parfois que cette caractéristique ne résout pas tous les problèmes.

Pour se procurer Compétence Photo n°30 (dossier complet) :
• Kiosque : disponible jusqu'au 3 novembre
• Internet : pour l'acheter en ligne CLIQUEZ ICI

Rendement et efficacité

dans la colonne "Objectif", il faut lire "Canon 70-200 mm" et non "Canon "20-700 mm".
dans la colonne "Objectif", il faut lire "Canon 70-200 mm" et non "Canon "20-700 mm".
Les valeurs de pourcentage de résolution réelle par rapport à la résolution théorique sont instructives également. Leur comparaison entre elles renseignent sur la qualité optique, pour un même boîtier et sur l'efficacité du traitement du signal lorsque l'on compare des appareils numériques entre eux, munis de leur meilleure optique. Ainsi si l'on analyse deux appareils de même définition comme le Nikon D300 et le Nikon D700, ce dernier donne un meilleur pourcentage parce qu'il réclame moins de performance à l'objectif, grâce à ses photosites plus grands. Dans le tableau de résultat que nous joignons, nous voyons qu'avec le même (excellent) objectif 50 mm f/1,8 AF-S, le D700 parvient à une performance de 92 % alors que le D300 plafonne à 86 % de rendement.
Dans le tableau en question nous avons testé d'autres appareils et objectifs qui nous passaient entre les mains. Nous y observons les excellents scores du Canon EOS-1D X. Mais les records ne sont pas obtenus avec les optiques que nous aurions pu imaginer. Problème de réglage d'autofocus ?
Les Nikon haute résolution que nous avons testés : D4 et D800 obtiennent des scores moyens, bien que les tests aient été réalisés avec de très bonnes optiques. Nous avons remarqué sur plusieurs boîtiers Nikon de mauvais calages d'autofocus, ces derniers temps. Avec le D800 nous avons fait un essai intéressant : le même objectif à deux définitions : Large (36 mégapixels) et Medium (20 mégapixels). Nous observons que le rendement monte sensiblement, passant de 82 à 87 %, ce qui confirme que la définition maxi est exigeante en qualité optique.
Les essais réalisés avec le Pentax K5 attestent que l'optique de base 18-55 mm n'est pas un coupeur de cheveux en quatre, alors que le Tamron 18-200 mm f/3,5-6,3 est légèrement meilleur malgré sa plus grande amplitude de focales.
Avec l'hybride Sony Nex7, nous avons comparé le 18-55 du kit de base avec le 30 mm macro pour reflex Alpha, monté sur la bague d'adaptation LA-EA1. La performance est étonnamment moins bonne que les 72 cycles que nous avions mesurés avec la même optique montée sur le SLT Alpha 77.
Ces quelques essais montrent qu'il y a beaucoup d'enseignements à tirer de la méthode que nous avons détaillée dans le n°30 de Compétence Photo.

TABLEAU DE RESULTATS : pour télécharger le tableau en haute définition, CLIQUEZ ICI

Le choix du 24x36

Dans notre article nous avons rapporté les mesures de pouvoir séparateur à un format 24 x 36. Pour deux raisons. La première, historique. Le pouvoir séparateur des films et des optiques était très important sur ce format 24 x 36, moins sur les moyens et grands formats. Par exemple le meilleur film diapo, Fuji Velvia 50 est capable de séparer 160 cycles par mm. Sur un format 24 x 36, cela correspond à 7680 x 11520 pixels, soit 88,5 mégapixels. Malheureusement ces mesures sont faites en tirant une mire de définition par contact sous vide. Avec l'image formée par un objectif, le résultat est nettement moins bon : la moitié témoigne déjà d'une optique de qualité supérieure, ce qui conduit à environ 4000 dpi enregistrés sur le film. Ce chiffre explique au passage la résolution des scanners films, moyen et haut de gamme.
L'autre raison de notre choix du format 24 x 36 est que les bons capteurs actuels sont à ce format. Et, en face de la multiplicité des tailles de senseur, il fallait faire un choix, pour pouvoir comparer les résultats entre eux. Cela ne présente pas beaucoup d'intérêt du point de vue du pouvoir séparateur réel de savoir qu'un capteur 1/1,7" de 7,4 x 5,6 mm délivrant des clichés de 4000 x 3000 pixels a une résolution théorique de 270 cycles par mm. En revanche il est intéressant de savoir si ce capteur et l'optique qui lui est associée sont capables de percevoir des petits détails et de supporter l'agrandissement comme un capteur 24 x 36 de même définition qui ne fait théoriquement "que" 59 cycles par mm (c'est le cas du Nikon D700). Mesurer que le capteur 1/1,7 pouce et l'optique 24-120 mm (équivalent 24 x 36) qui lui est associé est capable de résoudre théoriquement 62 cycles par mm sur un format 24 x 32 (homothétie 4:3) et qu'il en sépare en pratique 48 me permet de faire des comparaisons intéressantes.
C'est vrai que plus le capteur est petit, plus l'optique doit fournir un pouvoir séparateur élevé. Mais justement les lois de l'optique font que plus la focale est courte plus il est facile d'atteindre cet impératif. Donc notre système fonctionne.
Nous aurions pu aussi bien faire tous les calculs et observations par rapport à un format d'agrandissement donné, par exemple 30 x 45 cm. Dans ce cas-là, nous ferons les calculs par rapport au format final. Un Nikon D700 avec son capteur de 4256 x 2832 pixels y produira en théorie 9,46 cycles par mm et en pratique 8,5 cycles. L'idée qui nous a fait choisir le 24 x 36 est une commodité par rapport à l'argentique et aux données historiques et par rapport aux capteurs plein format maintenant répandus. Quelle que soit la méthode employée, c'est la comparaison entre les données obtenues qui est intéressante.

TABLEAU DE RESULTATS : pour télécharger le tableau en haute définition, CLIQUEZ ICI

Testez vos objectifs (tableau de résultats et mires)

Téléchargements (mires et tableau de résultats)

MIRES DE TEST : pour télécharger nos mires en haute définition, CLIQUEZ ICI
TABLEAU DE RESULTATS : pour télécharger le tableau en haute définition, CLIQUEZ ICI


Pour se procurer Compétence Photo n°30 (dossier complet) :
• Kiosque : disponible jusqu'au 3 novembre
• Internet : pour l'acheter en ligne CLIQUEZ ICI



VOS COMMENTAIRES

1.Posté par Gérald (la rédac) le 27/10/2012 12:25

NDLR : Dans la colonne "Objectif", il faut lire "Canon 70-200 mm" et non "Canon "20-700 mm". Désolé pour cette coquille et merci à Alexis Pillon de nous l'avoir notifiée. :)

2.Posté par Pierre le 03/11/2012 14:06

Merci à Xavier de la La Tullay pour ces précisions qui étaient nécessaires.
Sans la contrainte de concision pour l'édition, j'aurais suggéré d'apporter les explications suivantes aux tableaux pour les non-spécialistes dont je suis :
1-Sur le tableau des distances : noter qu'il s'agit de la distance pour laquelle, avec la même focale, le capteur considéré voit la même image que le capteur 24x36. Bien entendu le grandissement réel est dans le rapport des hauteurs des capteurs (ex. pour g=1/30 en 24x36, en format 4/3" g=1/(30x24/13) =1/55,38
2- Sur le tableau des résultats:
a- Résolution théorique : il s'agit de la résolution verticale maxi d'un capteur 24x36 ayant la définition du capteur considéré. Par ex. pour l'Olympus E-PL1, la résolution théorique est 3024/(24*2) = 63 c/mm alors que la résolution théorique réelle du capteur est 3024/(13*2) = 116 c/mm
b- Résolution mesurée : il s'agit de la résolution d'un appareil 24x36 équivalent c'est à dire donnant le même piqué final que l'appareil mesuré ; elle est obtenue en multipliant la résolution observée par le grandissement théorique (30 ou 50). Par ex. pour l'Olympus E-PL1, la résolution mesurée équivalente est 54 c/mm alors que la résolution mesurée réelle est 54/(13/24) = 100 c/mm.
c- Noter que le % de résolution théorique reste inchangé si on utilise les résolutions réelle.

Petite remarque sur le paragraphe "Choix du 24x36" : si les lois de l'optique font que plus la focale est courte plus il est facile d'atteindre un pouvoir séparateur élevé, elle, font aussi que la taille du flou de diffraction dépend principalement du diaphragme et de la focale, pas de la taille du capteur ; les petits capteurs resteront toujours très pénalisés par la taille du flou de diffraction bien supérieure à la taille de leurs pixels.
Encore bravo pour cet outil qui permet de comparer le piqué qu'il est possible d'obtenir avec des appareils photos différents de part leurs capteurs et leurs objectifs.

3.Posté par Agent_Smith le 21/01/2013 13:47

Bonjour, bravo pour ces travaux "pratiques" dans les deux sens du terme !
Une remarque cependant: curieux que personne n'ait relevé que le Nikon D7000 n'a pas de capteur 24x36, mais un simple APS-C de 16 MP (il date de sept 2010).
Donc, dans le tableau de comparaison, il faut le descendre dans la catégorie suivante.
Cdlt.


COMPETENCE PHOTO


• LE MAGAZINE •
Abonnez-vous
Commandez des anciens numéros
Téléchargez l'index numérique
Inscrivez-vous à la newsletter
Contactez-nous


• Sur le web •
Facebook • Compétence Photo
Facebook • Le Révélateur
Facebook • Les Irréelles
Google+
Twitter
Pinterest
Flickr
YouTube
Dailymotion


• Autres publications •
Compétence Mac
Compétence Micro
Rhinos Mac
• COMMUNAUTES AMIES •
VirusPhoto | PlanètePowershot | Pixelistes | Nikon Passion | MonOlympus | Forum Panasonic Lumix | Polaroid Passion | PentaxOne | Pentax KparK | Alpha DxD | Parlons-Photo | CritiquePhoto | ReflexPhoto |

Rejoignez-nous sur le groupe Flickr
CPhoto - Amateurs d'images
Rejoignez-nous sur Dailymotion

• Autres liens •
Focus-Numérique | Photo-Scope | Photovore |
• RUBRIQUES DU SITE •
Tout savoir sur le magazine
Les appels à projet de CPhoto
En images
La Galerie
Le Révélateur
La Correspondance Visuelle
Agenda
Annuaire
Espace vidéos


• Liens internes •
Syndication de contenu, flux RSS
Contactez-nous
• TOUS LES NUMEROS •
Numéro 1 : Les bases de la photo
Numéro 2 : La gestion des couleurs
Numéro 3 : Le noir et blanc
Numéro 4 : La macrophotographie
Numéro 5 : Mariage et de concert
Numéro 6 : Le portrait
Numéro 7 : La photo de nuit
Numéro 8 : La photo au flash
Numéro 9 : La photo de montagne
Numéro 10 : La photo urbaine
Numéro 11 : La mer
Numéro 12 : Femmes
Numéro 13 : Studio photo
Numéro 14 : Paysages d'hiver
Numéro 15 : Le nu féminin
Numéro 16 : Le sport
Numéro 17 : Photo de mariage
Numéro 18 : Noir et blanc (pdv)
Numéro 19 : Photos d'enfants
Numéro 20 : Photo de voyage
Numéro 21 : Noir et blanc (retouche)
Numéro 22 : Portrait au flash
Numéro 23 : Photos originales
Numéro 24 : Lumière naturelle
Numéro 25 : Optimiser la netteté
Numéro 26 : Studio & HDR
Numéro 27 : La gestion des couleurs
Numéro 28 : Bien calibrer son écran
Numéro 29 : Spécial Calques
Numéro 30 : La photo urbaine
Numéro 31 : Sublimez les paysages
Numéro 32 : L'art du portrait
Numéro 33 : Maîtriser le flash
Numéro 34 : Catalogage, strobist
Numéro 35 : Portrait, Flash
Numéro 36 : Spécial Studio
Numéro 37 : Photo de nuit • GIMP
Numéro 38 : Maîtrisez l'exposition
Numéro 39 : Maîtrisez la lumière
Numéro 40 : Le noir et blanc
Numéro 41 : Photo animalière
Numéro 42 : Le portrait
Numéro 43 : Le mouvement
Numéro 44 : La composition
Numéro 45 : Photographier l'eau
Numéro 46 : Jouez avec la lumière
Numéro 47 : Lightroom
Numéro 48 : Automne / Photoshop
Numéro 49 : HDR / Studio
Numéro 50 : Gestion de la couleur
Numéro 51 : Netteté et flou
Numéro 52 : Lightroom • Avenir
Numéro 53 : Le format Raw
Numéro 54 : Photo de paysage
Numéro 55 : Noir et blanc
Numéro 56 : Retouche portrait
Numéro 57 : Panorama • Couleurs
Numéro 58 : Exposition • N&B
Numéro 59 : Paysage • Portrait
Numéro 60 : Lightroom • Photoshop
• FLUX RSS •
Flux général
L'actu du magazine
Le Révélateur... d'images
Le Révélateur... de séries
Les rendez-vous
Beaux livres
Agenda
+ de flux RSS

• Agenda •
Inscrire une exposition
Inscrire un festival
Soumettre un concours


• Contactez-nous •
Commande de numéros
Abonnement
La rédaction
Droit / Retouche photo




Compétence Photo est un magazine photo bimestriel 100% pratique destiné à tous les photographes amateurs, quel que soit leur niveau, du débutant à l'utilisateur avancé. Chaque numéro aborde une thématique en profondeur avec de nombreux exemples illustrés, propose des tutoriels, des fiches pratiques et même une rubrique Bricolage. Pour mieux appréhender la retouche logicielle et répondre aux besoins de tous les utilisateurs, Compétence Photo tire profit de la plupart des logiciels du marché : Photoshop, Paint Shop Pro, Gimp, Picasa, Photoshop Elements, Lightroom... De même, la rédaction s'efforce de prendre en compte les spécificités de chaque marque (Canon, Nikon, Sony, Pentax, Panasonic, Olympus, Leica, Polaroid, Kodak, Samsung).
Le magazine est distribué en France, Belgique, Suisse, Canada, Réunion et Maroc. Disponible en kiosque, en librairie ou sur abonnement. Une version mobile compatible iPhone est également disponible, accessible directement à cette adresse : http://m.competencephoto.com

Tous droits réservés .© 2008-2017 KnowWare SARL