COMPETENCE PHOTO - Le magazine photo 100% pratique
Compétence Phot

 
 
 



# S'abonner
# Anciens numéros
# Index numérique
# Version mobile
# Nous contacter  

@ Facebook  
@ Twitter  
@ Google+  
@ Flickr  
@ Flux RSS  

# Newsletter  
# Recherche sur le site  


Evénements CP

Les Regards Croisés, « un concept unique parmi tous les festivals présentés en France ». (interview)


par Gérald Vidamment, le Vendredi 5 Octobre 2018



Cette année, à l’occasion du festival aixois Phot’Aix, qui se déroule du 4 octobre au 31 décembre 2018, la Provence a rendez-vous avec l’Autriche à travers notamment ses Regards Croisés, un concept original reposant sur le dialogue entre des photographes étrangers et des photographes résidant en France. Décryptage avec Brigitte Manoukian, présidente de l’association la Fontaine Obscure, qui organise entre autres le festival Phot’Aix.

La France comptabilise chaque année un très grand nombre de festivals. Pour se singulariser, Phot’Aix organise depuis plusieurs années des « Regards Croisés ». Comment est née cette idée et en quoi consiste-t-elle exactement ?

Autoportrait © Brigitte Manoukian
Autoportrait © Brigitte Manoukian
Brigitte Manoukian : Cette année, nous présentons la dix-huitième édition de Regards Croisés alors que l’association la Fontaine Obscure fêtera ses quarante ans l’an prochain. L’ouverture dès le départ, à toutes les formes de la photographie, la mobilité, la curiosité, le goût de la découverte de ses premiers adhérents ont fait émerger ce concept de Regards Croisés, non pour se singulariser des autres festivals, mais parce que cela apparaissait comme une évidence : faire découvrir toutes les formes de la photographie contemporaine au-delà des frontières, tisser des liens et favoriser la rencontre culturelle autour de la photographie.
Le Festival Phot’Aix propose deux types d’expositions : Regards Croisés et Les Parcours. Alors que Les Parcours ont un ancrage local autour de balades photographiques dans la ville d’Aix en Provence, Regards Croisés est l’événement international du festival ; en mettant à l’honneur un pays invité, l’exposition présente un dialogue entre cinq photographes étrangers et cinq photographes résidant en France. C’est effectivement un concept unique parmi tous les festivals présentés en France.

© Michaela Bruckmüller (Autriche)
© Michaela Bruckmüller (Autriche)

© Bénédicte Hanot (Provence)
© Bénédicte Hanot (Provence)

Pour l’édition 2018, c’est l’Autriche qui est à l’honneur, après le Japon (2015), la Belgique (2016) et la Chine (2017). Comment se fait le choix du pays invité ? Comment s’est effectuée la sélection des photographes autrichiens ?

Le choix du pays invité se fait en fonction de rencontres humaines et/ou de sensibilités communes, des tendances, des opportunités, des convergences dans le monde de la photographie. La rencontre et la sensibilité commune sont des dispositions qui animent d’ailleurs tous les projets de la Fontaine Obscure. Nous avons effectivement ces dernières années alterné un pays « lointain » et un pays européen. Regards Croisés, c’est d’abord une somme de sensibilités photographiques que nous faisons dialoguer : il y a là certainement quelque chose de commun avec l’Europe, non ?
Cette année, l’Autriche est à l’honneur, un pays avec qui la Fontaine Obscure entretient depuis vingt-deux ans des liens forts, notamment avec l’association FLUSS, fondée en 1989 par les artistes photographes Heinz Cibulka et Helmut Kandl. Celle-ci nous a proposé un panel d’artistes autrichiens et le jury de sélection de la Fontaine Obscure a fait ses choix. Regards Croisés Autriche-Provence sera d’ailleurs exposé à Vienne en 2019 au château de Wolkersdorf ; nous allons, avec ce retour, au bout de notre concept de regard croisé.

Une fois les photographes autrichiens connus, comment s’organise la sélection française puis l’échange de regards avec les photographes français ?

Un appel à candidature est lancé, présentant les travaux des Autrichiens. Les artistes résidant en France se positionnent face à l’un ou l’autre des Autrichiens. Le même comité de sélection se réunit après avoir travaillé, lu et relu, classé, apprécié les dossiers français réceptionnés. Sont écartés spontanément les travaux dont la cohérence ou le dialogue avec les photographes étrangers n’apparaît pas de façon évidente. Une sensibilité commune nous arrête autour de dix à quinze dossiers : vient alors le temps de la discussion, des échanges pour déterminer où se joue le dialogue le plus cohérent, le plus visible, le plus sensible, entre deux photographes. C’est une étape passionnante ; et quelle que soit la composition du jury, il y a des choix qui s’opèrent sur lesquels nous sommes quasiment tous d’accord. Culture, sensibilité commune qui nous rassemblent et s’élaborent autour de nos projets communs ? Très certainement.

© Michael Michlmayr (Autriche)
© Michael Michlmayr (Autriche)

© Gérard Staron (Provence)
© Gérard Staron (Provence)

Ces nouveaux Regards Croisés abordent des thématiques aussi variées que la nature réincarnée, le temps ordinaire, l’exploration radiographique ou encore la lumière réinterprétée de manière poétique. Quel regard à ton tour portes-tu sur cette édition ?

Aucun thème n’est imposé pour Regards Croisés, aucune écriture photographique n’est privilégiée ; il n’y a pas de concepts préétablis autour de la photographie pour orienter nos choix. La ligne éditoriale est celle du dialogue photographique dans le regard croisé. Seules nos sensibilités s’expriment : on aime ou on n’aime pas… et nous pouvons le justifier. C’est le cas pour cette édition qui propose une diversité de thèmes, comme le portrait ou le paysage, d’écritures photographiques parfois plus plasticiennes, des propositions d’accrochage linéaire ou en constellations, et d’installations variées.
Une attention particulière est apportée à la scénographie : la couleur des murs, la disposition des modules pour la circulation des visiteurs et le plan d’accrochage réfléchi favorisent aussi la lecture du dialogue entre les deux séries, participent aussi à la compréhension du propos, au-delà des choix esthétiques, bien sûr essentiels. Une exposition, c’est une écriture photographique mais aussi une écriture scénographique dont la cohérence vient, je le répète, de cette mise en dialogue entre deux artistes, et ça fonctionne.

L’idée de balade photographique résonne également avec les Parcours, organisés dans toute la ville d’Aix-en-Provence. Là encore, comment s’effectue le choix des lieux et des photographes ?

Les Parcours répondent à plusieurs objectifs : donner à voir des formes diversifiées de la création photographique contemporaine, faire découvrir des artistes y compris de jeunes talents qui n’ont jamais exposé, s’ancrer sur le territoire local autour de balades conviviales et ouvertes. La présence des photographes lors des parcours commentés en début de festival permet une fois de plus les échanges avec le public. L’équipe des Parcours, coordonnée par Sylvain Condemi depuis quelques années, doit faire face à de nombreuses contraintes dans le choix des lieux au regard des exigences des photographes, des thèmes travaillés qui peuvent plus ou moins correspondre aux lieux d’exposition, contraintes liées aussi aux aspects matériels pour l’accrochage et la sécurisation des œuvres.
Mais la finalité est de donner à la photographie une proximité et un accès facilité : il suffit de pousser les portes de lieux aussi différents que des librairies, des magasins de décoration, des cinémas et même l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Mais quel plaisir de découvrir une exposition dans des lieux improbables comme une épicerie, un coiffeur ou un bouquiniste !

© Werner Schuster (Autriche)
© Werner Schuster (Autriche)

© Muhanad Baas (Provence)
© Muhanad Baas (Provence)


COMPETENCE PHOTO


• LE MAGAZINE •
Abonnez-vous
Commandez des anciens numéros
Téléchargez l'index numérique
Inscrivez-vous à la newsletter
Contactez-nous


• Sur le web •
Facebook • Compétence Photo
Facebook • Le Révélateur
Facebook • Les Irréelles
Google+
Twitter
Pinterest
Flickr
YouTube
Dailymotion


• Autres publications •
Compétence Mac
Compétence Micro
Rhinos Mac
• COMMUNAUTES AMIES •
VirusPhoto | PlanètePowershot | Pixelistes | Nikon Passion | MonOlympus | Forum Panasonic Lumix | Polaroid Passion | PentaxOne | Pentax KparK | Alpha DxD | Parlons-Photo | CritiquePhoto | ReflexPhoto |

Rejoignez-nous sur le groupe Flickr
CPhoto - Amateurs d'images
Rejoignez-nous sur Dailymotion

• Autres liens •
Focus-Numérique | Photo-Scope | Photovore |
• RUBRIQUES DU SITE •
Tout savoir sur le magazine
Les appels à projet de CPhoto
En images
La Galerie
Le Révélateur
La Correspondance Visuelle
Agenda
Annuaire
Espace vidéos


• Liens internes •
Syndication de contenu, flux RSS
Contactez-nous
• TOUS LES NUMEROS •
Numéro 1 : Les bases de la photo
Numéro 2 : La gestion des couleurs
Numéro 3 : Le noir et blanc
Numéro 4 : La macrophotographie
Numéro 5 : Mariage et de concert
Numéro 6 : Le portrait
Numéro 7 : La photo de nuit
Numéro 8 : La photo au flash
Numéro 9 : La photo de montagne
Numéro 10 : La photo urbaine
Numéro 11 : La mer
Numéro 12 : Femmes
Numéro 13 : Studio photo
Numéro 14 : Paysages d'hiver
Numéro 15 : Le nu féminin
Numéro 16 : Le sport
Numéro 17 : Photo de mariage
Numéro 18 : Noir et blanc (pdv)
Numéro 19 : Photos d'enfants
Numéro 20 : Photo de voyage
Numéro 21 : Noir et blanc (retouche)
Numéro 22 : Portrait au flash
Numéro 23 : Photos originales
Numéro 24 : Lumière naturelle
Numéro 25 : Optimiser la netteté
Numéro 26 : Studio & HDR
Numéro 27 : La gestion des couleurs
Numéro 28 : Bien calibrer son écran
Numéro 29 : Spécial Calques
Numéro 30 : La photo urbaine
Numéro 31 : Sublimez les paysages
Numéro 32 : L'art du portrait
Numéro 33 : Maîtriser le flash
Numéro 34 : Catalogage, strobist
Numéro 35 : Portrait, Flash
Numéro 36 : Spécial Studio
Numéro 37 : Photo de nuit • GIMP
Numéro 38 : Maîtrisez l'exposition
Numéro 39 : Maîtrisez la lumière
Numéro 40 : Le noir et blanc
Numéro 41 : Photo animalière
Numéro 42 : Le portrait
Numéro 43 : Le mouvement
Numéro 44 : La composition
Numéro 45 : Photographier l'eau
Numéro 46 : Jouez avec la lumière
Numéro 47 : Lightroom
Numéro 48 : Automne / Photoshop
Numéro 49 : HDR / Studio
Numéro 50 : Gestion de la couleur
Numéro 51 : Netteté et flou
Numéro 52 : Lightroom • Avenir
Numéro 53 : Le format Raw
Numéro 54 : Photo de paysage
Numéro 55 : Noir et blanc
Numéro 56 : Retouche portrait
Numéro 57 : Panorama • Couleurs
Numéro 58 : Exposition • N&B
Numéro 59 : Paysage • Portrait
Numéro 60 : Lightroom • Photoshop
Numéro 61 : Contre-jour • Glamour
Numéro 62 : Lightroom • Contraste
Numéro 63 : Nature • Mariage
• FLUX RSS •
Flux général
L'actu du magazine
Le Révélateur... d'images
Le Révélateur... de séries
Les rendez-vous
Beaux livres
Agenda
+ de flux RSS

• Agenda •
Inscrire une exposition
Inscrire un festival
Soumettre un concours


• Contactez-nous •
Commande de numéros
Abonnement
La rédaction
Droit / Retouche photo




Compétence Photo est un magazine photo bimestriel 100% pratique destiné à tous les photographes amateurs, quel que soit leur niveau, du débutant à l'utilisateur avancé. Chaque numéro aborde une thématique en profondeur avec de nombreux exemples illustrés, propose des tutoriels, des fiches pratiques et même une rubrique Bricolage. Pour mieux appréhender la retouche logicielle et répondre aux besoins de tous les utilisateurs, Compétence Photo tire profit de la plupart des logiciels du marché : Photoshop, Paint Shop Pro, Gimp, Picasa, Photoshop Elements, Lightroom... De même, la rédaction s'efforce de prendre en compte les spécificités de chaque marque (Canon, Nikon, Sony, Pentax, Panasonic, Olympus, Leica, Polaroid, Kodak, Samsung).
Le magazine est distribué en France, Belgique, Suisse, Canada, Réunion et Maroc. Disponible en kiosque, en librairie ou sur abonnement. Une version mobile compatible iPhone est également disponible, accessible directement à cette adresse : http://m.competencephoto.com

Tous droits réservés .© 2008-2017 KnowWare SARL