COMPETENCE PHOTO - Le magazine photo 100% pratique
Compétence Phot

 
 
 



# S'abonner
# Anciens numéros
# Index numérique
# Version mobile
# Nous contacter  

@ Facebook  
@ Twitter  
@ Google+  
@ Flickr  
@ Flux RSS  

# Newsletter  
# Recherche sur le site  


Série

Between Finger and Thumb • Alexandra Serrano • festival Circulation(s) (série)


par Gérald Vidamment, le Lundi 27 Février 2012


LE RÉVÉLATEUR #14. Plébiscité par le jury et Fetart, organisatrice du festival Circulation(s), le travail d'Alexandra Serrano nous invite à un retour sur le passé. Sur l'enfance. Présentées à la Galerie Côté Seine du Parc de Bagatelle à Paris jusqu'au 25 mars prochain, ses photographies se nourrissent de réminiscences mises en scène et adaptées à l'envi dans un souci de mieux appréhender le lieu dans lequel elle a grandi.


© Alexandra Serrano - Tous droits réservés
© Alexandra Serrano - Tous droits réservés
Rencontrée à l'occasion du festival Circulation(s), la photographe franco-mexicaine Alexandra Serrano m'est apparue tout à la fois posée, fragile et déterminée. Comme si elle venait de réaliser une thérapie, dont l'issue aurait été salvatrice. Je me permets d'employer le terme "thérapie" suite à l'échange que j'ai eu avec elle.
Plus encore, ce qui m'a interpellé dans son travail tient à son souhait de réaliser ce qu'elle présente comme une autobiographie visuelle et qui pourtant se voit ponctuée de souvenirs fictifs mis en scène dans l'environnement familial de ses jeunes années. Pour quelle raison ? Les souvenirs doivent-ils nécessairement être revisités, maquillés ? Ou est-ce notre mémoire parfois défaillante qui incite à réécrire une partie de son histoire, la tête emplie de songes ? Alexandra me répond : "Malheureusement, comme nous le savons tous, la mémoire n’est pas infaillible et les souvenirs qui rejaillissent ne sont souvent que des fragments incomplets dont on ne peut tirer satisfaction. C’est là que, inassouvie, cette entreprise autobiographique devient rapidement source de frustration, d’impatience voire même de déception auxquelles se rattache la désagréable impression d’avoir échoué, de s’être oubliée. Alors, machinalement, je me suis mise à recréer ma propre histoire, une nouvelle histoire qui reprend la vraie mais dont je comble les vides d’anecdotes fictionnelles, embellies au grès de mes des fantasmes et désirs datant de la petite enfance. C’est là que réside le dialogue entre fiction et réalité. Rien n’est faux mais tout n’est pas totalement vrai. Si l’on en croit Freud, nos souvenirs d’enfance sont ce qu’il appelle des ‘souvenirs écrans’ dont le contenu a été modifié à plusieurs reprises par notre inconscient et dont la vraie signification reste cachée."

Elle ajoute : "Non, les souvenirs ne doivent pas toujours être heureux. D’ailleurs mon travail fait fréquemment référence à des moments difficiles et douloureux. Les photographier me permet de me réconcilier avec ces derniers. Dans cette optique, la photographie est ici une sorte de thérapie."

Une image attire mon attention. Elle présente des épluchures d'oranges conservées dans le tiroir d'une table de nuit. Au même moment, une amie me fait remarquer une autre image de la série, laissant apparaître des mèches de cheveux coupées, dissimulées sous un oreiller, sans doute dans la précipitation. Ces deux images se font écho. Se répondent-elles ? Ou s'opposent-elles au contraire ? Alexandra me raconte alors leurs histoires respectives : "Petite, j’étais une enfant solitaire, mal dans ma peau. Je n’arrivais pas à comprendre mes émotions ni à les contrôler. Les mèches de cheveux font référence à un épisode colérique. Je ne supportais pas ma propre image. Un jour j’ai pris une paire de ciseaux et je me suis coupée les cheveux très courts. Machinalement, je les ai cachés sous mon oreiller afin que ma mère ne les trouve pas dans la poubelle, puis je les ai mis dans une boîte. Cette boîte, je l’ai toujours et les mèches de la photo sont celles d’il y a quinze ans. Pour les pelures d’oranges, c’est une autre histoire. Petite, j’adorais collectionner tout et n’importe quoi. Tout ce qui était inutile était précieux à mes yeux. Je raffolais des oranges. Collectionner leur épluchures était devenu une obsession. Je les rangeais dans le tiroir de ma table de chevet. L’odeur était tellement agréable au coucher et j’aimais croire que c’était elles qui me permettaient de trouver le sommeil. Plusieurs années séparent ces deux souvenirs. Et pourtant, ils reflètent un même besoin, celui de sans cesse vouloir garder secret certaines choses, de les préserver tels des preuves ou des trophées."

Le niveau d'anglais d'Alexandra est étonnant. Je comprends mieux dès lors qu'elle me confie avoir résidé à Londres jusqu'à récemment, où elle a d'ailleurs obtenu avec les félicitations du jury un master en Etudes Photographiques effectué à Westminster University. Aujourd'hui, elle vit de nouveau en France. Le choix de partir en Angleterre fut tout aussi réfléchi que celui de revenir. "Depuis toute petite, j’ai été scolarisée dans des établissements anglophones. Partir en Angleterre afin de poursuivre mon cursus universitaire était pour moi une évolution logique. De plus, j’étais à la recherche d’un enseignement plus pratique que théorique chose qui n’est pas aussi fréquent en France. C’est en Angleterre que j’ai réellement découvert ma passion pour la photo. J’ai toujours eu une certaine attirance pour les matières artistiques mais je voyais ça plutôt comme un hobby et non pas comme un choix de carrière. La décision de revenir en France coïncide avec la fin de mes études. C’est un choix que j’ai également fait vis a vis de ma pratique photographique. Celle-ci étant principalement autobiographique et abordant des thèmes tels que ceux de l’enfance, de la famille et du souvenir, il était primordial pour moi de me rapprocher du lieu dans lequel j’ai grandi car ce dernier est ma principale source d’inspiration."

Parallèlement à ses travaux personnels, Alexandra a participé à un projet original, Intimate Space. "C'est un projet organisé par l’artiste brésilienne Georgia Creimer dans le cadre des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ), et au cours duquel elle a invité une quarantaine de jeunes photographes à réfléchir sur la notion d’espace intime. Chaque photographe devait en faire une interprétation visuelle. Les travaux finaux sont actuellement exposés dans le village olympique de Innsbruck en Autriche sur des panneaux de verre de plus de deux mètres de haut !"

Propos recueillis par Gérald Vidamment

>> Découvrir le reportage vidéo de la seconde édition du festival Circulation(s)
>> Lire l'interview d'Amélie Chassary et de Lucie Belarbi, autre coup de cœur du festival Circulation(s)

© Alexandra Serrano - Tous droits réservés
© Alexandra Serrano - Tous droits réservés

© Alexandra Serrano - Tous droits réservés
© Alexandra Serrano - Tous droits réservés

© Alexandra Serrano - Tous droits réservés
© Alexandra Serrano - Tous droits réservés

© Alexandra Serrano - Tous droits réservés
© Alexandra Serrano - Tous droits réservés

© Alexandra Serrano - Tous droits réservés
© Alexandra Serrano - Tous droits réservés

© Alexandra Serrano - Tous droits réservés
© Alexandra Serrano - Tous droits réservés


VOS COMMENTAIRES

1.Posté par Gilles le 23/05/2014 17:34

J'ai beaucoup aimé cette série, sans avoir lu le texte : chaque image est une histoire qu'on arrive à se réinventer. Du coup en lisant le texte je me suis dit qu'il était en trop ... mais au bout du compte il nous aide à comprendre cette démarche, profonde, qui cherchait à faire ressortir son enfance. J'aime bien ce mystère qui ressort qui est celui de cette gamine, probablement tout aussi mystérieuse.
Le lien n'est pas bon : le voici http://alexandraserrano.com/. Cette série est réellement la plus intéressante à mes yeux. Bravo.
Gilles

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


COMPETENCE PHOTO


• LE MAGAZINE •
Abonnez-vous
Commandez des anciens numéros
Téléchargez l'index numérique
Inscrivez-vous à la newsletter
Contactez-nous


• Sur le web •
Facebook • Compétence Photo
Facebook • Le Révélateur
Facebook • Les Irréelles
Google+
Twitter
Pinterest
Flickr
YouTube
Dailymotion


• Autres publications •
Compétence Mac
Compétence Micro
Rhinos Mac
• COMMUNAUTES AMIES •
VirusPhoto | PlanètePowershot | Pixelistes | Nikon Passion | MonOlympus | Forum Panasonic Lumix | Polaroid Passion | PentaxOne | Pentax KparK | Alpha DxD | Parlons-Photo | CritiquePhoto | ReflexPhoto |

Rejoignez-nous sur le groupe Flickr
CPhoto - Amateurs d'images
Rejoignez-nous sur Dailymotion

• Autres liens •
Focus-Numérique | Photo-Scope | Photovore |
• RUBRIQUES DU SITE •
Tout savoir sur le magazine
Les appels à projet de CPhoto
En images
La Galerie
Le Révélateur
La Correspondance Visuelle
Agenda
Annuaire
Espace vidéos


• Liens internes •
Syndication de contenu, flux RSS
Contactez-nous
• TOUS LES NUMEROS •
Numéro 1 : Les bases de la photo
Numéro 2 : La gestion des couleurs
Numéro 3 : Le noir et blanc
Numéro 4 : La macrophotographie
Numéro 5 : Mariage et de concert
Numéro 6 : Le portrait
Numéro 7 : La photo de nuit
Numéro 8 : La photo au flash
Numéro 9 : La photo de montagne
Numéro 10 : La photo urbaine
Numéro 11 : La mer
Numéro 12 : Femmes
Numéro 13 : Studio photo
Numéro 14 : Paysages d'hiver
Numéro 15 : Le nu féminin
Numéro 16 : Le sport
Numéro 17 : Photo de mariage
Numéro 18 : Noir et blanc (pdv)
Numéro 19 : Photos d'enfants
Numéro 20 : Photo de voyage
Numéro 21 : Noir et blanc (retouche)
Numéro 22 : Portrait au flash
Numéro 23 : Photos originales
Numéro 24 : Lumière naturelle
Numéro 25 : Optimiser la netteté
Numéro 26 : Studio & HDR
Numéro 27 : La gestion des couleurs
Numéro 28 : Bien calibrer son écran
Numéro 29 : Spécial Calques
Numéro 30 : La photo urbaine
Numéro 31 : Sublimez les paysages
Numéro 32 : L'art du portrait
Numéro 33 : Maîtriser le flash
Numéro 34 : Catalogage, strobist
Numéro 35 : Portrait, Flash
Numéro 36 : Spécial Studio
Numéro 37 : Photo de nuit • GIMP
Numéro 38 : Maîtrisez l'exposition
Numéro 39 : Maîtrisez la lumière
Numéro 40 : Le noir et blanc
Numéro 41 : Photo animalière
Numéro 42 : Le portrait
Numéro 43 : Le mouvement
Numéro 44 : La composition
Numéro 45 : Photographier l'eau
Numéro 46 : Jouez avec la lumière
Numéro 47 : Lightroom
Numéro 48 : Automne / Photoshop
Numéro 49 : HDR / Studio
Numéro 50 : Gestion de la couleur
Numéro 51 : Netteté et flou
Numéro 52 : Lightroom • Avenir
Numéro 53 : Le format Raw
Numéro 54 : Photo de paysage
Numéro 55 : Noir et blanc
Numéro 56 : Retouche portrait
Numéro 57 : Panorama • Couleurs
Numéro 58 : Exposition • N&B
Numéro 59 : Paysage • Portrait
Numéro 60 : Lightroom • Photoshop
• FLUX RSS •
Flux général
L'actu du magazine
Le Révélateur... d'images
Le Révélateur... de séries
Les rendez-vous
Beaux livres
Agenda
+ de flux RSS

• Agenda •
Inscrire une exposition
Inscrire un festival
Soumettre un concours


• Contactez-nous •
Commande de numéros
Abonnement
La rédaction
Droit / Retouche photo




Compétence Photo est un magazine photo bimestriel 100% pratique destiné à tous les photographes amateurs, quel que soit leur niveau, du débutant à l'utilisateur avancé. Chaque numéro aborde une thématique en profondeur avec de nombreux exemples illustrés, propose des tutoriels, des fiches pratiques et même une rubrique Bricolage. Pour mieux appréhender la retouche logicielle et répondre aux besoins de tous les utilisateurs, Compétence Photo tire profit de la plupart des logiciels du marché : Photoshop, Paint Shop Pro, Gimp, Picasa, Photoshop Elements, Lightroom... De même, la rédaction s'efforce de prendre en compte les spécificités de chaque marque (Canon, Nikon, Sony, Pentax, Panasonic, Olympus, Leica, Polaroid, Kodak, Samsung).
Le magazine est distribué en France, Belgique, Suisse, Canada, Réunion et Maroc. Disponible en kiosque, en librairie ou sur abonnement. Une version mobile compatible iPhone est également disponible, accessible directement à cette adresse : http://m.competencephoto.com

Tous droits réservés .© 2008-2017 KnowWare SARL