COMPETENCE PHOTO - Le magazine photo 100% pratique
Compétence Phot

 
 
 



# S'abonner
# Anciens numéros
# Index numérique
# Version mobile
# Nous contacter  

@ Facebook  
@ Twitter  
@ Google+  
@ Flickr  
@ Flux RSS  

# Newsletter  
# Recherche sur le site  


Matériel

Le capteur plein format pour (presque) tous ?


par Denis Jeant, le Mercredi 13 Mars 2013



Depuis peu sont arrivés sur le marché des reflex de gamme intermédiaire (autour de 2000 €, voire moins) équipés de capteurs plein format, c’est-à-dire d’une taille équivalente à celle des anciens films 35 mm argentiques, mesurant 24x36 mm. À l’origine, ce type de capteur était réservé aux modèles experts et professionnels, plus onéreux. Mais c’est à l’occasion de la dernière Photokina, en septembre 2012, que les deux géants japonais ont annoncé le lancement de modèles plein format plus abordables, les Nikon D600 et Canon EOS 6D.
À titre de comparaison, les reflex d’entrée de gamme possèdent le plus souvent des capteurs dits APS-C, d’une taille réduite, de l’ordre de 22x15 mm. Autrement dit, la surface d’un capteur plein format est plus de 2,5 fois supérieure à celle de la surface d’un capteur APS-C. À la prise de vue, cette différence impacte notamment l’angle de champ de vision, en appliquant un coefficient multiplicateur (ou de conversion) sur la valeur de la focale utilisée. Ce coefficient est lié à la taille du capteur équipant le boîtier.
Le capteur plein format pour (presque) tous ?

Voici ci-dessous deux schémas indiquant les différentes tailles de capteurs en fonction des constructeurs et des modèles, ainsi qu’un tableau rassemblant les coefficients multiplicateurs correspondant au type de capteur.

Tableau de correspondance des coefficients multiplicateurs en fonction du type de capteur.
Tableau de correspondance des coefficients multiplicateurs en fonction du type de capteur.

Faut-il se laisser tenter ?

Faut-il se laisser tenter par ces reflex plein format devenus abordables ? Bien sûr, on ne peut que se réjouir qu’une technologie se démocratise et devienne enfin accessible. Du point de vue des fabricants, il est nécessaire de proposer en permanence des nouveautés afin d’inviter les photographes à renouveler plus régulièrement leur matériel. Par ailleurs, le marché des appareils reflex se voyant aujourd’hui concurrencé par les appareils à objectifs interchangeables, dits hybrides (surtout ceux équipés de capteurs APS-C ou micro 4/3), le plein format devient dès lors un argument différenciant entre reflex de gamme moyenne et hybrides haut de gamme.
On entend souvent dire que « plus le capteur est grand, plus il est meilleur ». Il faut bien comprendre que la qualité de l’image dépend certes du nombre de photosites présents sur le capteur mais également de leur taille. Prenons l’exemple des Canon Eos 6D (plein format) et Eos 7D (APS-C). Si leur nombre de pixels est comparable (20,2 Mpx contre 18 Mpx), la différence de taille entre les deux capteurs contribue à l’obtention de plus grands photosites sur le modèle Eos 6D, garants d’une qualité d’image optimale.
Un capteur plein format favorise par ailleurs une meilleure gestion du bruit électronique.

Question d’usage

L’intérêt de passer au plein format dépend en bonne partie de l’usage du photographe. Une bonne question à se poser est de savoir si vous allez utiliser cet appareil à son plein potentiel et tirer le meilleur parti de l’investissement consenti. En photo animalière, par exemple, le coefficient multiplicateur (par exemple 1,5x) du capteur APS-C est généralement apprécié car il nous rapproche du sujet et rend par la même occasion les longues focales plus abordables. En utilisant un zoom 70-200 mm f2.8 sur un capteur APS-C coefficient 1,5x, vous obtenez ainsi l’équivalent d’un 140-300 mm. Un avantage de taille quand on sait qu’un téléobjectif 300 mm f2.8 coûte plusieurs milliers d’euros, selon les marques.
Notez que certains reflex équipés de capteurs plein format autorisent désormais le recadrage au format d’un capteur APS-C. Le Nikon D600 possède notamment une telle option de recadrage automatique au format DX (APS-C), avec un coefficient multiplicateur de 1,5x. Bien sûr, à relativiser en fonction de la densité de pixels des capteurs. Malgré des atouts certains, son équivalent en gamme chez Canon, l’Eos 6D, ne permet pas cette opération. C’est un des éléments à considérer si vous êtes tentés par le plein format et que vous évoluez dans la photo animalière. À noter enfin qu’à cadrages identiques, le fait de devoir s’éloigner du sujet (capteur APS-C) change singulièrement la perspective.
À l’inverse, si vous privilégiez la photographie de vastes panoramas au grand-angle, un boîtier plein format offrira une couverture plus large que celui d’un modèle APS-C, avec le même objectif. Les portraitistes préfèrent également le plein format en raison de l’incidence sur la profondeur de champ. Rappelons que la profondeur de champ dépend de trois facteurs : l’ouverture, la distance du sujet et la longueur de la focale. Votre sujet se détachera toujours mieux sur un fond bien flou.
Recadrage DX du Nikon D600 © Nikon
Recadrage DX du Nikon D600 © Nikon

Côté budget, ne rêvez pas trop. Même si le plein format devient aujourd’hui plus abordable, la somme globale à investir reste conséquente. En effet, profiter d’un capteur plein format avec des optiques de piètre qualité ne présente qu’un moindre intérêt. De plus, avec des objectifs d’entrée de gamme, les aberrations chromatiques risquent d’être accentuées aux grandes ouvertures. Notez par ailleurs d’éventuels problèmes d’incompatibilité matérielle, nécessitant le cas échéant un renouvellement de votre parc optique. Ainsi, la gamme EF-S de Canon, spécialement conçue pour capteur APS-C, se révèle incompatible avec les capteurs plein format. Du côté de Nikon, la monture Nikon F est universelle, autorisant de fait l’usage sur un plein format de tous les modèles de la gamme d’objectifs Nikkor DX, spécialement conçue pour les capteurs APS-C. En revanche, le cercle-image produit par l’objectif Nikkor DX sera plus petit que celui produit par un objectif destiné au plein format (24x36), à moins que vous utilisiez une optique Nikkor DX avec un mode de recadrage automatique APS-C, disponible notamment sur le Nikon D600.


VOS COMMENTAIRES
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

24.Posté par Alex le 02/04/2016 18:49

Pour répondre à Lionel au commentaire n°15,
Le FF reste cher aussi à cause de la construction et les fonctions des boitiers, les plein formats d'entrée-de-gamme proposent plus de fonctions que les entrée-de-gamme APS-C (un FF avec la construction et les fonctions d'un entrée de gamme APS-C pourrait coûter moins de 1000€ à sa sortie). Mais que ce soit FF ou APS-C, pour faire du 4 par 3 c'est la résolution qui compte (le D700 a 12MP, les APS-C Nikon actuels en proposent 24, donc pour faire du 4 par 3 les APS-C 24MP sont plus pratiques).
L'électronique et la construction sont justement les causes de l'encombrement supérieur des reflex comparé aux argentique, donc encore une fois rien à voir avec la taille du capteur (d'ailleurs la pellicule du temps de l'argentique prenait nettement plus de place dans le boitier qu'un capteur numérique, c'est tout ce qu'il y a autour qui prend de la place: l'écran, la connectique, le processeur,...). Si tu veux du léger pour l'avion, prends un hybride ;) Le Nikon FM argentique pesait 600g, le Sony A7 en pèse 475, le D3000 540g... t'es sûr que c'est ton boitier qui pèse ou tu prends juste trop d'objectifs avec toi? ^^ Comparé au FM, le D3000 est plus haut mais moins large comme le A7 qui est en plus moins épais.

23.Posté par maikou le 06/07/2015 21:07 (depuis mobile)

Salut !! Les amis !!! J''ais des optiques canon styl ( 28/300 ) 70/200 et un tamron 24/70 2/8 stabilisé usm ma questions et peut on les mettre sur boîtier olympus !!! ?????? Merci !!!!!!!!!!!!

22.Posté par Denis JEANT le 07/01/2014 00:34

Bonne année, de belles photos et mes meilleurs voeux à tous pour 2014.
@François
Merci pour votre témoignage.
Pour avoir une idée de la viabilité du matériel, je vous conseille cet article en ligne:
http://www.competencephoto.com/Une-base-de-donnees-participative-pour-evaluer-la-duree-de-vie-de-son-reflex_a2325.html

21.Posté par Denis JEANT le 07/01/2014 00:30

Bonne année, de belles photos et meilleurs voeux à tous pour 2014.
@Blondeau
Si vous faîtes de la photo animalière à titre principal, avec des longues focales, un reflex avec un capteur APS-C ou plein format avec une possibilité de "croper" me semble plus adapté.
Vous trouverez mon avis et quelques liens au sujet des nouveaux Sony A7 et A7R en suivant le lien suivant: http://www.aqua-photo.fr/2013/11/28/sony-alpha-7-une-veritable-revolution/

De mon point de vue, le Sony A7 présente plus un intérêt pour le portrait, les paysages, la photo dite sociale et la "photo de tous les jours"... "passe partout", on peut l'emporter facilement avec soi...

20.Posté par Francois le 05/01/2014 09:05

Bonjour à tous,

Ancien à double titre j'ai utilisés quelques beaux et bons 24x36 argentiques. Devant la difficulté du développement, je suis passé naturellement au numérique avec des petits compacts (nikon et G3-G5) et le 350D. Je l'ai remplacé par un 30D et enfin le 7D.

Les performances du 7D ne m'intéressaient pas particulièrement, car je ne fais pas de photo sportive, le 50D qui m'aurait largement suffit, n'était plus commercialisé neuf et était beaucoup trop côté, donc le 7D ! Et ne le regrette pas, superbe boîtier que je dois l'utiliser à 20%. Bon viseur de plus, je n'utilise pas non plus la vidéo.

Amateur de vieilles optiques M42 (autant dire que l'autofocus de dingue du 7D n'est pas utilisé à son potentiel) j'ai quelques cailloux qui passent très très bien sur mon 7D. Le capteur du 7D étant exigeant il faut utiliser de l'optique de qualité (sans forcemment utiliser du L) et si l'on veut un grand angle comme autrefois, il faut s'orienter vers de l' UGA avec souvent une incompatiblité EF EF-S, dilemme onéreux.

Avis perso, le 6D que je trouve carrément pur produit commercial est beaucoup trop cher, Le 5D MII est aussi encore inabordable, et là coup de pot je suisi tombé un 1Ds d'occas au US, 15000 clics pour 360€ (plus 105€ de douanes grrr) .
il ne fait que 11 Mp, est énorme et pas orienté rando ;) mais pour mon usage, est une alternative viable de retoucher du FF, dessus je peux y coller mes vieux M42 donc le 28mm est de retour. Par contre bien moins convivial que le 7D pour les réglages, 10 ans sont passés et cela se sent. Très belle image à condition de ne pas monter en ISO au dessus de 800 alors que j'ai taté du 5000 avec le 7D sans souci...

On peut donc se faire plaisir avec un 24x36 numérique en testant l'occas, et croiser les doigts pour la viabilité du matériel.

Bonne année.

19.Posté par blondeau le 01/01/2014 05:48

Je suis à la recherche d un très bon appareil photo
J'avais avant un minolta 7 xi et je suis passé à un petit numérique (qui marche très bien le Lumix TZ1) à un vrais reflex étant dans une région pleine d'animaux sauvages.
Je voudrais passer maintenant à l'étape supérieur.
Je pense pourquoi pas a un Sony A7 il me semble bon et beaucoup moins cher que la concurrence Nikon ou Canon à technique similaire (plein format) il me semble ??
Merci aux Pros de me répondre.Et de me conseiller

18.Posté par Gilles le 14/07/2013 12:43

PS:

En 1986 j'ai mis une bonne partie de mes économies dans un Nikon FA avec deux optiques, et a l'époque cela faisait plus de 1200€ soit une somme incomparable au prix d'un FF actuel, sans compter le cout des films et du dev....

Alors oui peu de gens peuvent se le payer sur un coup de tête, mais on peu aussi saliver en faisant des économies...

17.Posté par Ernst Gabriel le 06/04/2013 13:38

le 6d et le boitier video low cost plein format de l'année !

16.Posté par klipfel le 16/03/2013 15:13

C'est vraiment l'outil des pros car lorsque l'on voit les prouesses de focale et la qualité des logiciels de traitement on se demande vraiment l'intérêt de monsieur tout le monde de s'orienter vers ce type de matériel. Porter n+1 kilos pour un tirage en A4, les compacts et bridges sont nettement suffisants et bien plus polyvalent ..

15.Posté par Lionel Gérard Colbère le 16/03/2013 11:07

Le full frame est très séduisant mais quand on y regarde de près conserve de gros inconvénients:

— Il reste objectivement cher y compris pour les pros, sauf ceux qui sont sur le dessus du panier. Les revenus qu'on peut tirer de la photo se sont carrément effondrés, le problème de la rentabilisation de ce qu'on fait quand on est un pro modeste se pose. Paradoxalement les amateurs qui sont cadres sup peuvent investir bien plus facilement; de plus la longévité d'un équipement est plus brève qu'autrefois en argentique car celui-ci devient obsolète plus vite. On trouve des occases ahurissantes, pour 200 ou 300 euros on peut dégotter un excellent reflex pro DX un peu ancien (un Nikon D200 par ex.), et en état plus que correct… Bien sûr il n'aura pas un capteur auto-nettoyant ce qui est un peu rageant, mais tout de même. Un D700 se trouve à au moins 1000 euros, 4 ou 5 fois le prix. Tout le monde n'a pas à faire des 4 mètres sur 3, que diable!

— Un numérique 24x36 est nettement plus gros et plus lourd qu'un argentique et pour l'amateur ça peut poser de gros problèmes en particulier pour l'avion, où les bagages de cabine sont très limités en poids: pas plus de 7kg (et je ne parle même pas d'Easy Jet, à vrai dire le supplément bagages n'y est pas à un prix prohibitif, mais là encore gare aux dimensions du fourre-tout)… Déjà avec mon reflex DX (Nikon D300) je galère et je dois refiler une partie de mes objos à ma femme lors du passage… Avec un plein format même un peu allégé comme le Nikon D600 on fait comment?

Pour les objos, je pense que là par contre il ne faut pas systématiser: plein format ne rime pas obligatoirement avec prix prohibitif. Mes objos DX se limitent aux grands angulaires et fish-eyes, le reste ce sont des full-frame. On trouve en occasion des objos plein format excellents et pas chers. Je trouve idiot d'acheter un 2,8/80-200 qui est un vrai tuyau de plomb si on n'en a pas l'usage, dans ce cas un 4-5,6/70-300 compact et léger fait aussi bien l'affaire sinon mieux! Question standard, un bon vieux 3,5-4,5/28-80 d'occase à 150 euros maximum fait aussi bien l'affaire qu'un 2,8 constant, en prime on peut se payer un 2/28 et un 1,4/50 ou un 2/80 en cas de manque de lumière et basta… Je me suis payé un 2,8/24 parfait à 150 euros. Je pense qu'il faut se méfier du snobisme et rester cool… même si, j'en conviens, le propos que je tiens ne fait pas l'affaire des fabricants et revendeurs. De plus, en numérique, ce qui est génial, c'est qu'avec un petit ordi portable, un câble USB et un Photoshop même vieux on peut savoir en 5mn ce qu'un objectif d'occase (ou neuf) a dans le ventre et acheter ou pas en conséquence…

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


COMPETENCE PHOTO


• LE MAGAZINE •
Abonnez-vous
Commandez des anciens numéros
Téléchargez l'index numérique
Inscrivez-vous à la newsletter
Contactez-nous


• Sur le web •
Facebook • Compétence Photo
Facebook • Le Révélateur
Facebook • Les Irréelles
Google+
Twitter
Pinterest
Flickr
YouTube
Dailymotion


• Autres publications •
Compétence Mac
Compétence Micro
Rhinos Mac
• COMMUNAUTES AMIES •
VirusPhoto | PlanètePowershot | Pixelistes | Nikon Passion | MonOlympus | Forum Panasonic Lumix | Polaroid Passion | PentaxOne | Pentax KparK | Alpha DxD | Parlons-Photo | CritiquePhoto | ReflexPhoto |

Rejoignez-nous sur le groupe Flickr
CPhoto - Amateurs d'images
Rejoignez-nous sur Dailymotion

• Autres liens •
Focus-Numérique | Photo-Scope | Photovore |
• RUBRIQUES DU SITE •
Tout savoir sur le magazine
Les appels à projet de CPhoto
En images
La Galerie
Le Révélateur
La Correspondance Visuelle
Agenda
Annuaire
Espace vidéos


• Liens internes •
Syndication de contenu, flux RSS
Contactez-nous
• TOUS LES NUMEROS •
Numéro 1 : Les bases de la photo
Numéro 2 : La gestion des couleurs
Numéro 3 : Le noir et blanc
Numéro 4 : La macrophotographie
Numéro 5 : Mariage et de concert
Numéro 6 : Le portrait
Numéro 7 : La photo de nuit
Numéro 8 : La photo au flash
Numéro 9 : La photo de montagne
Numéro 10 : La photo urbaine
Numéro 11 : La mer
Numéro 12 : Femmes
Numéro 13 : Studio photo
Numéro 14 : Paysages d'hiver
Numéro 15 : Le nu féminin
Numéro 16 : Le sport
Numéro 17 : Photo de mariage
Numéro 18 : Noir et blanc (pdv)
Numéro 19 : Photos d'enfants
Numéro 20 : Photo de voyage
Numéro 21 : Noir et blanc (retouche)
Numéro 22 : Portrait au flash
Numéro 23 : Photos originales
Numéro 24 : Lumière naturelle
Numéro 25 : Optimiser la netteté
Numéro 26 : Studio & HDR
Numéro 27 : La gestion des couleurs
Numéro 28 : Bien calibrer son écran
Numéro 29 : Spécial Calques
Numéro 30 : La photo urbaine
Numéro 31 : Sublimez les paysages
Numéro 32 : L'art du portrait
Numéro 33 : Maîtriser le flash
Numéro 34 : Catalogage, strobist
Numéro 35 : Portrait, Flash
Numéro 36 : Spécial Studio
Numéro 37 : Photo de nuit • GIMP
Numéro 38 : Maîtrisez l'exposition
Numéro 39 : Maîtrisez la lumière
Numéro 40 : Le noir et blanc
Numéro 41 : Photo animalière
Numéro 42 : Le portrait
Numéro 43 : Le mouvement
Numéro 44 : La composition
Numéro 45 : Photographier l'eau
Numéro 46 : Jouez avec la lumière
Numéro 47 : Lightroom
Numéro 48 : Automne / Photoshop
Numéro 49 : HDR / Studio
Numéro 50 : Gestion de la couleur
Numéro 51 : Netteté et flou
Numéro 52 : Lightroom • Avenir
Numéro 53 : Le format Raw
Numéro 54 : Photo de paysage
Numéro 55 : Noir et blanc
Numéro 56 : Retouche portrait
Numéro 57 : Panorama • Couleurs
Numéro 58 : Exposition • N&B
Numéro 59 : Paysage • Portrait
Numéro 60 : Lightroom • Photoshop
• FLUX RSS •
Flux général
L'actu du magazine
Le Révélateur... d'images
Le Révélateur... de séries
Les rendez-vous
Beaux livres
Agenda
+ de flux RSS

• Agenda •
Inscrire une exposition
Inscrire un festival
Soumettre un concours


• Contactez-nous •
Commande de numéros
Abonnement
La rédaction
Droit / Retouche photo




Compétence Photo est un magazine photo bimestriel 100% pratique destiné à tous les photographes amateurs, quel que soit leur niveau, du débutant à l'utilisateur avancé. Chaque numéro aborde une thématique en profondeur avec de nombreux exemples illustrés, propose des tutoriels, des fiches pratiques et même une rubrique Bricolage. Pour mieux appréhender la retouche logicielle et répondre aux besoins de tous les utilisateurs, Compétence Photo tire profit de la plupart des logiciels du marché : Photoshop, Paint Shop Pro, Gimp, Picasa, Photoshop Elements, Lightroom... De même, la rédaction s'efforce de prendre en compte les spécificités de chaque marque (Canon, Nikon, Sony, Pentax, Panasonic, Olympus, Leica, Polaroid, Kodak, Samsung).
Le magazine est distribué en France, Belgique, Suisse, Canada, Réunion et Maroc. Disponible en kiosque, en librairie ou sur abonnement. Une version mobile compatible iPhone est également disponible, accessible directement à cette adresse : http://m.competencephoto.com

Tous droits réservés .© 2008-2017 KnowWare SARL